Abonnez-vous


Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > L’UPJV : une université "Aspie-Friendly"

L’UPJV : une université "Aspie-Friendly"

Par Onisep

L’université de Picardie Jules Verne se lance dans le projet "Construire une université Aspie-Friendly". Inscrit dans la stratégie nationale pour l’autisme, ce projet engage l’université dans l’inclusion globale des étudiants atteints de troubles du spectre de l’autisme (TSA) dans l’enseignement supérieur.

Un travail en réseau

Le terme "Aspie" désigne les personnes avec un TSA sans déficience intellectuelle. Financé par le Programme d’Investissements d’Avenir (PIA 3), dans le cadre des "Nouveaux cursus à l’université", le projet "Construire une université Aspie Friendly" s’appuie sur un réseau de 16 universités, de laboratoires de recherche, de professionnels du handicap, d’associations et d’entreprises. Objectif : améliorer l’inclusion de ces personnes dans l’enseignement supérieur et les accompagner vers une insertion sociale et professionnelle.

Mutualisation des bonnes pratiques

D’une durée de 10 ans, le projet à l’UPJV a démarré en septembre 2018 avec 18 étudiants. "Tout est à construire !", précise Luc Vandromme, membre du groupe de pilotage de ce projet pour l’UPJV et responsable pédagogique du DU "Autisme et trouble du spectre de l’autisme". Mutualisation des travaux de recherche, échanges des bonnes pratiques, mais aussi des outils et des ressources pédagogiques et numériques permettront de proposer des parcours individualisés et adaptés aux particularités et aux besoins des étudiants identifiés comme Aspies. Les laboratoires de recherche apporteront à la fois leur expertise sur les TSA et contribueront à évaluer l’impact de ce projet pour les étudiants Aspies concernés.

Un accompagnement dès le lycée

La politique d’inclusion implique de travailler la transition vers l’enseignement supérieur. Il s’agit d’optimiser la communication à destination des lycéens (Programme PHARES, présence au Forum du lycéen à l’étudiant, Parcoursup, etc.) pour être repérée comme une université Aspie Friendly. Ce travail en amont doit faciliter l’identification des jeunes potentiellement concernés, les aider à s’orienter, à préparer leur entrée à l’université (visite préalable des locaux dès juillet par exemple) et de mettre en place les mesures compensatoires nécessaires (aménagement des examens, aides matérielles, humaines et pédagogiques, etc.). "On constate que les étudiants en situation de handicap réussissent aussi bien que les autres mais décrochent généralement après la licence. Nous devons les aider à se projeter dans un avenir professionnel et à poursuivre vers un master voire un doctorat en renforçant le suivi individualisé", précise Luc Vandromme.

Des actions concrètes

Parmi les actions envisagées : l’adaptation des parcours par le développement et la mise en œuvre d’innovations pédagogiques et numériques. Les technologies numériques sont considérées comme des outils qui doivent faciliter les apprentissages et l’autonomie des étudiants en situation de handicap. Dans chaque UFR de l’université est désigné un référent handicap pédagogique et un référent handicap administratif. L’UPJV souhaite aussi favoriser l’entraide par le recrutement d’étudiants tuteurs. L’idée est ainsi d’épauler les étudiants Aspies dans leurs démarches auprès du CROUS, ou dans les transports mais aussi, et de manière plus globale, les amener à s’intégrer à la vie sociale et culturelle de la communauté étudiante.

Un centre national de ressources et d’accompagnement est en cours de création. Destiné à sensibiliser et former toutes personnes côtoyant des Aspies, il proposera des documents pour connaître les principales caractéristiques de l’autisme, un espace d’autoformation ainsi que des ressources pédagogiques pour enseigner.

Une charte entreprise Aspie-Friendly

Des entreprises comme Airbus, Thalès, Microsoft s’intéressent depuis quelques années au profil atypique des Aspies et à leurs capacités intellectuelles parfois impressionnantes. Porté par le Professeur Bertrand Monthubert, au sein de l’Université Fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées, le projet Aspie-Friendly comporte une charte signée avec des entreprises engagées dans la démarche. Celle-ci formalise notamment la mise en place progressive de stages, la formation de salariés et la nomination d’une personne référente au sein de l’entreprise.

L’Université de Picardie Jules Verne en quelques chiffres :

- Plus de 30 000 étudiants, dont 531 déclarés en situation de handicap
- 35 Laboratoires de recherche
- 11 Unités de formations et de recherche (UFR)
- 6 Campus
- 6 Instituts (IUT, INSSET, IAE, IPAG)
- 2 Écoles doctorales