Abonnez-vous


Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > 35 pays articulent leurs cadres de certifications avec le Cadre Européen des Certifications (CEC)

35 pays articulent leurs cadres de certifications avec le Cadre Européen des Certifications (CEC)

Par Euroguidance

Le cadre européen des certifications (CEC) sert désormais de « mètre étalon » à 35 pays européens, qui l’ont articulé à leurs propres cadres de certifications. Basé sur une description par niveaux d’acquis d’apprentissage, le CEC vise à favoriser la transparence et la comparabilité des certifications entre les pays.

Sur 39 pays européens [1] qui ont déployé des cadres nationaux de certification, seuls 4 restaient à mettre en correspondance avec le CEC et ont prévu de le faire en 2019.

Tel est le constat dressé par le Cedefop, qui constate en parallèle la généralisation de l’usage de cadres nationaux de certifications en Europe, dans une note d’information publiée sur leur évolution en 2018 [2].

21 cadres nationaux sont considérés par les auteurs comme « pleinement opérationnels ». Le cadre français, parmi les premiers établis en Europe (2002), a été révisé en janvier 2019, avec une nouvelle nomenclature de 8 niveaux alignée sur celle du CEC. Les autres cadres correspondent à différents stades de mise en œuvre. Italie et Serbie ont installé le leur en 2018. L’Espagne poursuit les étapes préliminaires en vue de l’adoption du sien.

Des enjeux communs se posent à ces cadres nationaux de certifications.

Comment sont-ils perçus et utilisés par le grand public, les acteurs de l’éducation, ceux du marché de l’emploi ? Le Cedefop cite l’exemple de Malte, où l’organisme public responsable du cadre national de certifications s’est associé aux employeurs pour créer un centre d’information sur les certifications et en promouvoir l’utilisation dans des contextes variés. Une enquête a établi que près de 70 % de la population maltaise était au courant de l’existence d’un cadre de certifications.

Autre enjeu : quel niveau d’inclusivité choisir vis-à-vis des certifications privées qui ne sont pas issues de la sphère académique et de l’enseignement formel ? Il s’agit ici d’arbitrer entre ouverture et cohérence, pour garantir une lisibilité et la confiance apportées par chaque cadre de certifications aux citoyens et aux employeurs [3].

Le phénomène d’extension des cadres nationaux de certifications, observé en Europe, se retrouve à l’échelle mondiale, avec plus de 100 cadres nationaux et 7 cadres régionaux référencés.

Lire la note d’information du Cedefop : “Cadres des certifications en Europe – évolution en 2018, Tirer parti des acquis d’apprentissage, promouvoir la confiance mutuelle

Vincent Joseph, Centre Inffo, 2019.

Réalisé avec le soutien de la Commission européenne dans le cadre du programme Euroguidance. Son contenu n’engage que son auteur, la Commission européenne n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.

[1Etats membres de l’UE, pays de l’EEE, pays candidats et candidats potentiels, Suisse

[2Cadres des certifications en Europe – évolution en 2018, Cedefop, mai 2019

Partager ce contenu

© 2019 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement