Abonnez-vous


Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Steve Arnould, de l’armée au civil

Steve Arnould, de l’armée au civil

Par Centre Inffo

À 43 ans, Steve Arnould est un jeune retraité de l’armée. Pour sa nouvelle vie professionnelle, il a choisi de rejoindre l’un de ses anciens fournisseurs. En faisant valoir dans le civil son expertise de sous-officier expérimentateur en protection individuelle, il démontre que la notion de parcours a toute sa place dans la reconversion d’un militaire.

On ne lui a pas demandé s’il avait un surnom mais on aurait dû..., cela nous aurait peut-être aidé à le cerner. Steve Arnould est aimable, certes, mais ne se laisse pas facilement approcher. Il ne refuse aucune question, répond avec calme et jamais au-delà de ce qui lui a été demandé. On sait de lui qu’après vingt ans ou presque de vie militaire, il vient tout juste de poser le paquetage pour se reconvertir dans le civil. Son flegme nous amène à l’imaginer en tireur d’élite, concentré sur une tâche dont il tairait les détails. La réalité nous montre que l’imagination a pris le dessus : Steve Arnould a toujours aimé la mécanique, ce qui suffit à expliquer une fin de formation initiale en bac technique ; engagé volontaire, il se voyait para, un genou récalcitrant le fit grenadier-voltigeur.

Issu du rang

Rien d’anecdotique à cette entrée en matière, qui témoigne d’une entrée dans la carrière comme militaire du rang. « Tout en bas », précise-t-il. S’il le souligne, c’est bien sûr qu’il n’y est pas resté. Incarnation du roman national de la méritocratie républicaine, Steve Arnould n’a cessé de progresser. Saisissant les nombreuses opportunités de formation continue proposées par l’armée, il enchaîne diplômes, certificats et brevets. Le dernier en date ? Un brevet supérieur technique de l’armée de terre option Reconnaissance, obtenu au centre inter-armées de défense de Saumur, spécialisé en risques nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques (NRBC). La carrière suit et le voit tour à tour chef de patrouille, sous-officier et chef de section avec 35 personnes sous ses ordres.

Accompagnement

Épanoui mais arrivé au bout d’un cycle, Steve Arnould n’en a pas moins fini par voir poindre une envie d’ailleurs. Difficile ? Il est le premier à le confirmer, « on ne laisse pas partir un soldat tout seul ». Très satisfait de l’accompagnement dont il a pu bénéficier, tant au niveau administratif que professionnel, il est rayé des cadres de l’armée depuis le 1er janvier 2019. C’est assez naturellement qu’il a rejoint en tant que technicien la société Ouvry, une entreprise à taille humaine spécialisée dans les systèmes de protection individuelle NRBC et de décontamination.

Et l’armée ? Les liens continuent d’être entretenus grâce à sa nouvelle vie professionnelle, mais aussi de par son engagement de réserviste. Loin d’y voir une contrainte, il semble plutôt y trouver le moyen de ne pas rompre trop brutalement avec son passé. Toujours à l’aise dans son costume d’homme placide, c’est en philosophe qu’il conclut : « cela permet de laisser refroidir le treillis... »

par Nicolas Deguerry, Centre Inffo, 2019

Bio Express

2019
Reconversion dans le civil

2010
Brevet supérieur technique de l’armée de terre option Reconnaissance

1999 à 2018
Carrière dans l’armée de terre

1998
Niveau bac en sciences et technologies industrielles option Génie mécanique

Partager ce contenu

© 2019 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement