Abonnez-vous


Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > 5 enjeux pour l’avenir du CEP (Cnefop)

5 enjeux pour l’avenir du CEP (Cnefop)

Par Centre Inffo

Après avoir présenté un bilan de 4 ans de mise en œuvre du conseil en évolution professionnelle, le Cnefop [2] liste dans son rapport annuel les enjeux d’un déploiement réussi du CEP rénové.

Dès 2019, le conseil en évolution professionnelle (CEP) entrera dans une nouvelle phase avec la mise en œuvre de la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel. Dans son rapport annuel, le Cnefop identifie quatre enjeux.

Coordination

Il s’agit premièrement de définir les modalités de coordination des missions respectives des acteurs en charge de l’organisation, de l’animation et du suivi du CEP. À savoir, France compétences, la DGEFP [3], les Régions et les Commissions paritaires interprofessionnelles régionales (Cpir). Doivent notamment être prises en compte les complémentarités entre opérateurs pour s’assurer d’une réelle universalité de service et précisées les modalités de la désignation des opérateurs régionaux.

Cahier des charges

Alors qu’un nouveau cahier des charges du CEP est attendu en amont des appels d’offres chargés de désigner les successeurs des Fongecif/Opacif, le rapport appelle à « quelques aménagements utiles » : supprimer la distinction des niveaux 2 (conseil personnalisé) et 3 (accompagnement à la mise en œuvre) d’intervention ; clarifier les attendus du niveau 1 accueil individualisé) et de sa coordination avec les acteurs du service public régional de l’orientation (SPRO) ; préciser les attendus en termes de public accueilli, d’objectif de contribution du CEP à l’acquisition de compétences en orientation ; affirmer le rôle d’ « ensemblier » du CEP sur les territoires.

Pilotage

Le troisième enjeu vise lui à s’assurer d’un déploiement cohérent et équitable du CEP sur l’ensemble du territoire, par des suggestions visant à définir les modalités et outils de pilotage et d’organisation de sa mise en œuvre. Sont notamment abordées les questions de la qualité et de « l’outillage de France compétences sur ses missions d’organisation du CEP pour les actifs occupés et de suivi, en lien avec les Cpir ».

Animation

Enfin, l’animation continue du déploiement du CEP est l’objet du dernier enjeu. Cinq axes structurent les recommandations. Il s’agit de maintenir les dynamiques d’animation (axe 1) et de renforcer la coordination et la complémentarité des animations nationales et régionales, en lien avec les Crefop [4] et les Cpir (axe 2). Le troisième axe est consacré à la communication, et le quatrième invite à poursuivre l’effort de professionnalisation et d’outillage de l’ensemble de la chaîne d’intervention du CEP, du conseiller aux organisations en passant par le management. Dans une logique d’approfondissement, le cinquième axe invite à réétudier l’opportunité d’une certification professionnelle de référence pour la spécialisation « conseil en évolution professionnelle et sécurisation des parcours ».

Sur le même sujet, voir également notre article sur le séminaire organisé le 8 novembre 2018 par le Cnefop, avec le Copanef [5], le CNEFP [6], le FPSPP [7], la DGEFP et Régions de France.

par Nicolas Deguerry, Centre Inffo, 2018

À consulter :

[1Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles.

[2Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles.

[3Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle.

[4Conseil régional de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles.

[5Comité paritaire interprofessionnel national pour l’emploi et la formation professionnelle.

[6Conseil national d’évaluation de la formation professionnelle.

[7Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels.

Partager ce contenu

© 2019 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement