Abonnez-vous


Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Un outil pour appréhender les blocs de compétences

Un outil pour appréhender les blocs de compétences

Dès 2016, le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) et le Comité paritaire interprofessionnel national pour l’emploi et la formation (Copanef), sollicitaient Centre Inffo pour développer une base de données dédiée au repérage de l’organisation des certifications en blocs de compétences. Expérimenté par le réseau des Fongecif, l’outil est aujourd’hui prêt à être partagé.

“ Vers une nouvelle société de compétences.” Le titre 1er de la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel est sans ambiguïté : construire une société de la compétence apparaît comme l’un des objectifs majeurs du législateur.

En 2016, le FPSPP sollicite Centre Inffo pour développer une base de données “Certifications & Blocs de compétences”. Responsable du service Coordination et relation aux réseaux, Vincent Caputo explique : “Le travail engagé a consisté à faire un lien plus direct entre le métier visé et les compétences à développer pour les personnes qui étaient accompagnées dans le cadre du CEP. Le bloc de compétences est apparu comme un élément de dialogue possible entre l’emploi, le métier et les certifications. Une grande partie du travail a consisté à rendre plus lisibles ces blocs de compétences pour les accompagnants”.

C’est cet objectif qui supposait “de les outiller, de manière à ce qu’ils puissent plus facilement repérer les blocs de compétences, une notion alors encore peu développée à l’époque par les organismes certificateurs”, souligne Françoise Gérard, directrice générale adjointe de Centre Inffo.

Chaque métier décrit un certain nombre de connaissances et de compétences nécessaires pour l’exercer. Depuis la loi de 2014, il est demandé aux organismes certificateurs (ministères, branches, universités) de regrouper ces compétences en blocs, constitutifs d’un titre, diplôme ou certification. Ces bocs pouvant être attestés et validés par la voie de la validation des acquis de l’expérience et/ou de la formation.

Aujourd’hui, le bloc de compétences est conforté dans le cadre de la loi du 5 septembre 2018, qui précise que “les certifications professionnelles sont constituées de blocs de compétences, ensembles homogènes et cohérents de compétences contribuant à l’exercice autonome d’une activité professionnelle et pouvant être évaluées et validées”. Mais ce sont encore moins d’un quart des certifications actuellement recensées sur l’outil qui font aujourd’hui l’objet d’un découpage en blocs.

D’où l’intérêt de cette mise en lumière, qui devrait à la fois permettre de renforcer les ingénieries de parcours et d’envoyer un signal aux organismes certificateurs. Et d’insister : “L’enjeu de lisibilité est d’autant plus fort que la loi renforce l’autonomie des personnes dans leur parcours d’acquisition de compétences.”

Accroître la visibilité et l’exploration des choix

Opérationnelle, la base multiplie les sources et référence aujourd’hui quelque 635 certifications (voir infographie), issues du “top achat” du réseau des Fongecif. Là où le RNCP peine à être associé à une logique exploratoire et d’aide au choix initial d’orientation, le nouvel outil permet une description plus lisible des certifications et de ses modes de construction. Sur des métiers similaires par exemple, il est possible de “comparer” les compétences identifiées par les organismes certificateurs. Pour Françoise Gérard, il s’agit là d’une “véritable aide au choix, qui redonne à l’usager du pouvoir d’agir : en regardant les compétences décrites, il peut plus facilement reconnaître des choses qu’il sait faire, ou devra faire, qu’à travers un programme de formation”.

Facilitation de l’ingénierie financière

Qu’en pensent les acteurs de terrain ? Christelle Chaudron, responsable de l’antenne Clermont-Ferrand du Fongecif Auvergne-Rhône-Alpes, estime qu’il s’agit d’“un véritable outil d’appui à la construction de parcours individualisé et personnalisé, utile dans certains cas”. Notamment, “pour individualiser les parcours des publics inscrits dans des logiques de sécurisation ou d’évolution de compétences, ou qui recherchent un emploi pour lequel ils ne détiennent pas l’intégralité des compétences demandées”. Christelle Chaudron dit aussi apprécier “le regroupement de sources d’information différentes et complémentaires, qui permet notamment d’établir des correspondances avec les données des observatoires”. Autre avantage ? “La visibilité immédiate sur les blocs, qui facilite le travail d’ingénierie financière dans le cadre du CPF !”

Créer du lien

Alors que le Fonds paritaire s’apprête à intégrer France Compétences, Vincent Caputo souhaite une ouverture de l’outil la plus large possible, à d’autres réseaux d’accompagnateurs de publics afin de développer la validation des acquis de l’expérience, mais également une ingénierie de parcours et d’accompagnement des salariés en entreprise : “C’est un outil de dialogue, qui va permettre de créer plus facilement du lien entre les besoins de l’entreprise et ceux de la personne.” Et de conclure : “En apportant une meilleure compréhension du parcours à entreprendre pour monter en compétences, l’outil s’inscrit pleinement dans les problématiques du marché du travail.”

par Nicolas Deguerry, Centre Inffo, 2018

QUI ?
Le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP)
avec le Comité paritaire interprofessionnel national pour l’emploi et la formation professionnelle (Copanef) et l’appui technique de Centre Inffo.

QUOI ?
La base de données
des certifications et blocs de compétences.

POUR QUI ?
Les conseillers
des Fongecif en phase expérimentale, tous les acteurs de la formation en charge de l’accompagnement et de l’ingénierie de parcours en phase de généralisation.

OÙ ?
En ligne :
www.certifications-blocs-competences.fr

Partager ce contenu

© 2018 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement