Abonnez-vous


Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Jean-François Siméon, le grand plongeon vers la reconversion

Jean-François Siméon, le grand plongeon vers la reconversion

Par Centre Inffo

Jean-François Siméon est l’un des deux finalistes du concours “Un des meilleurs ouvriers de France” des métiers de la piscine. Cet ancien cadre supérieur s’est reconverti comme artisan pisciniste. Son objectif : être reconnu parmi ses confrères.

Le stress d’un concours ne semble pas lui faire peur. D’ici la fin de l’année, Jean-François Siméon sera peut-être le nouveau meilleur artisan pisciniste de France. Mais ce finaliste au parcours très atypique en a vu d’autres au fil de sa carrière de manager international. Cette pression permanente l’a conduit jusqu’à l’épuisement professionnel, en 2010. “J’ai perdu la valeur des relations humaines, explique-t-il. J’étais toujours entre deux avions. Mais quand on vous demande de réaliser vos objectifs en vous réduisant de 95 % votre budget déplacement, ça devient impossible.” Après une dernière expérience chez Europ Assistance, Jean-François Siméon décide de changer de vie. Pendant huit mois, il se cherche et s’interroge sur le secteur professionnel qu’il doit choisir.

Un plombier qui parle trois langues

Ce sera finalement la plomberie. Même si l’ancien cadre supérieur est plutôt bricoleur, son DUT génie mécanique-productique et sa maîtrise de commerce international ne sont pas adaptés pour devenir artisan plombier. Il passe alors un CAP. “Au CFA, je me suis retrouvé avec des jeunes qui me prenaient pour le prof, raconte l’ancien apprenti quinquagénaire. Avec mon profil, j’ai été formé très rapidement, en deux mois.” Mais Jean-François Siméon commence au bas de l’échelle par réparer de simples fuites d’eau et se retrouve très souvent sous des éviers.

Il s’en lasse rapidement et s’oriente progressivement vers le monde de la piscine. Dans le Vaucluse, de nombreuses résidences secondaires appartiennent à des étrangers et sont équipés de bassins. Jean-François cible tout naturellement cette clientèle. “Je parle trois langues, précise-t-il. Ça facilite les explications. Mais je passe pour un ovni pour mes confrères. Ils me demandent toujours ce que je fais ici.”

Le goût de la compétition

Plombier très atypique, il ne se prend pas non plus pour le meilleur artisan de France. Son credo : il faut apprendre tout au long de sa vie. Cela explique tout naturellement sa candidature au concours “Un des meilleurs ouvriers de France” (Mof) des métiers de la piscine. “J’ai besoin de toujours me remettre en question, explique Jean-François Siméon. Cette compétition me permet de me dépasser et puis dans l’industrie, on est formaté pour être compétiteur.”

En octobre 2017, un entretien individuel sur ses motivations l’a qualifié finaliste, parmi 26 autres concurrents. Le jury doit maintenant se prononcer sur la réalisation d’une œuvre, c’est-à-dire une piscine. S’il gagne le concours, Jean-François Siméon a déjà un autre projet : transmettre son savoir et son envie d’apprendre pendant toute la vie.

par David Aussilou, Centre Inffo, 2018

Bio Express :

2010
burn-out chez Nissan

2011
obtention d’un CAP de plomberie

2012
création de l’entreprise Go Service
à Modène (Vaucluse)

2017
inscription au concours

Partager ce contenu

© 2018 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement