Abonnez-vous


Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > IA

IA

Questions à... Cécile Dejoux, professeure des universités au Cnam, cofondatrice du learning lab Human Change Julhiet-Sterwen

Les entreprises françaises sont-elles préparées à la transformation IA ?

Qu’on soit bien clair : ni les entreprises ni les managers ne parlent d’intelligence artificielle, ce sujet n’existe pas dans les plans de formation, on n’en parle pas en RH, etc. L’IA fait peur, c’est pourquoi j’ai créé ce Mooc “Manager augmenté par l’IA”, pour expliquer concrètement les impacts de l’IA. Aujourd’hui, le DRH doit intégrer l’intelligence artificielle dans la GPEC comme une compétence transversale à laquelle acculturer tous les collaborateurs. Ensuite, il faut absolument les former à travailler avec des systèmes d’IA. Enfin, il faut réfléchir à l’évolution des métiers avec l’IA.

Y a-t-il des compétences-clés pour s’adapter à l’IA ?

Il faut donner la culture du “numérisme”, expliquer, dédramatiser. Si quelqu’un ne comprend pas ce qu’est la data, il sera i-numérique, illettré. Demain, il faudra être expert dans deux-trois métiers pour toujours avoir une expertise d’avance. Avoir des soft skills [compétences transversales], certes, mais ils ne suffisent pas. Il faudra aussi développer une compétence dans le “faire” et en même temps dans l’intellect, sans oublier de développer son réseau en appartenant à des associations professionnelles, de quartier, etc.

La France est-elle en bonne position sur ce sujet ?

Le rapport Villani est un très bon signe et un bon déclencheur d’un mouvement. Après, quand la Chine en fait une priorité stratégique, balisée par un plan d’action, c’est un autre niveau… Mettons de la culture IA dans les universités, les entreprises sans oublier les TPE-PME !

Propos recueillis par Christelle Destombes, Centre Inffo, 2018

Partager ce contenu

© 2018 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement