Abonnez-vous


Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Bruno Cordier, passeur de savoir-faire

Bruno Cordier, passeur de savoir-faire

Par Centre Inffo

À 52 ans, Bruno Cordier ajoute une médaille à son palmarès : lauréat du prix “Engagement du maître d’apprentissage” décerné par l’APCMA, il témoigne d’une recherche perpétuelle de l’excellence.

Bruno Cordier, pâtissier chocolatier glacier à Orléans, est “tombé dedans quand il était petit”. Il découvre le métier dans l’entreprise familiale, qu’il a reprise et portée à l’excellence. Dès l’âge de 12 ans, il expliquait à son professeur d’instruction civique qu’il passerait son CAP pâtissier, ensuite son CAP glacier, son brevet de maîtrise avant d’obtenir le titre de Meilleur ouvrier de France. Pour l’enfant qu’il était, un MOF, “c’était quelqu’un qui a un col bleu blanc rouge et qui transforme une goutte de sucre en un oiseau magnifique”.

Détermination sans faille

Bruno Cordier a déroulé le parcours dont il rêvait : à 17 ans, son CAP pâtissier en poche, il part à Anglet, pour “voir autre chose et une entreprise plus grande”. Il décroche son CAP glacier en candidat libre, à 18 ans. De retour du service militaire, il enchaîne sur le brevet de maîtrise, en deux ans. “Comme il n’y avait plus de diplôme supérieur, à part Meilleur ouvrier de France, je me suis entraîné à faire des concours.” Et pour s’entraîner, il s’entraîne, demandant à chaque juré comment il peut s’améliorer. Commençant aux dernières places, il finit par décrocher le titre de MOF à 31 ans, à sa deuxième tentative, et major de sa promo. Avec une sculpture de 450 kg, décorée de petits fours et d’entremets, tous glacés.


Bruno Cordier (DR)

“Tirer les plus jeunes vers le haut”

À la tête de l’entreprise familiale, Bruno Cordier, qui connaît tous les bénéfices que l’apprentissage peut apporter aux jeunes, les accueille et les accompagne depuis vingt-neuf ans. “Le fait d’enseigner son savoir-faire perpétue la tradition et contribue à la vitalité de nos métiers”, souligne-t-il. Ses apprentis, qui restent en moyenne quatre à cinq ans dans l’entreprise, le temps de gravir les échelons, apportent “du sang neuf”.

“Les jeunes aujourd’hui demandent des conseils pour réaliser telle ou telle pièce qu’ils ont vue en vidéo, mais ils apportent aussi leurs propres idées, de nouveaux gâteaux à la décoration.” Avec le prix de l’APCMA, c’est le travail de toute une équipe qui est récompensé : “C’est une récompense pleinement méritée pour l’équipe qui s’implique beaucoup pour la formation des jeunes.”

Bruno Cordier apprécie la saine émulation : son chef pâtissier, finaliste du Meilleur apprenti de France, les apprentis en BTM (brevet technique des métiers), tous sont des “locomotives qui tirent les plus jeunes vers le haut”. Pourtant, pas question de s’arrêter. Le mantra de Bruno Cordier : “Même quand on a le premier prix, il y a toujours quelque chose à améliorer. La vie est tellement courte ! Il y a beaucoup de choses à créer.”

par Christelle Destombes, Centre Inffo, 2018

La bio

1984
CAP glacier

1997
Meilleur ouvrier de France glacier

2018
Lauréat du prix Engagement du maître d’apprentissage de l’APCMA

Partager ce contenu

© 2018 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement