Abonnez-vous


Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Une nouvelle stratégie pour l’autisme

Une nouvelle stratégie pour l’autisme

Par Onisep

L’autisme fait partie des troubles du neuro-développement. Il entraîne des incapacités variables selon les personnes au niveau de la communication verbale ou non verbale, de la socialisation. L’autisme est un handicap fréquent : 1 enfant sur 100 présente un TSA (trouble du spectre de l’autisme). Afin d’améliorer leur prise en charge encore insuffisante et souvent trop tardive, le gouvernement met en place une stratégie nationale pour l’autisme au sein des troubles du neuro-développement. Présentation des principales mesures.

Une recherche d’excellence

Premier engagement, développer la recherche afin de mieux comprendre les causes de l’autisme. Les nouvelles connaissances ainsi acquises pourront ensuite être intégrées dans les formations des professionnels intervenant auprès des personnes autistes. La stratégie autisme prévoit aussi le développement des innovations technologiques facilitant l’apprentissage et l’autonomie des personnes autistes.

Intervention précoce et soutien aux familles

Le développement de la formation des professionnels de la petite enfance, de l’école et des médecins doit permettre de faciliter le dépistage de l’autisme dès les premiers signes. La stratégie autisme prévoit également la mise en place d’un parcours de soin coordonné pour les 0 -4 ans, sans attendre le diagnostic. D’autres mesures concernent le soutien aux familles. Un soutien financier prendra la forme d’un forfait intervention précoce. Il permettra de financer le recours aux professionnels non conventionnés par l’Assurance maladie. La mise en place de programmes d’accompagnement et de guidance parentale ainsi que la création d’une plateforme de répit par département compléteront le dispositif.

Scolarisation : rattraper le retard

Parmi les mesures de la stratégie autisme, la diversification des modes de scolarisation dès la maternelle, y compris pour les enfants présentant des troubles sévères, devrait permettre de rattraper le retard en matière de scolarisation. Pour cela, le nombre d’unités d’enseignement maternel autisme sera triplé. Par ailleurs, il est prévu d’accélérer la professionnalisation des accompagnants et d’augmenter le nombre d’élèves autistes accueillis en Ulis en élémentaire, au collège et en lycée professionnel. L’accompagnement des enseignants accueillant dans leur classe des élèves autistes sera renforcé. Une mesure vise également à faciliter l’accès des jeunes autistes à l’enseignement supérieur.

Favoriser l’inclusion des adultes

Trop d’hospitalisations inadéquates concernent des adultes atteints de TSA (troubles du spectre de l’autisme). Un plan national de repérage et de diagnostic des adultes autistes en établissements de santé et en établissements médico-sociaux doit permettre d’améliorer leur prise en charge. Pour améliorer leur inclusion, il est prévu de développer l’emploi accompagné et les Esat "hors les murs" ainsi que les services d’accompagnement médico-sociaux. La création d’un forfait d’habitat inclusif facilitera leur accès à un logement accompagné.

À la une

Scolarité et autisme

Scolarité et handicap mental

Scolarité et troubles moteurs

Scolarité et handicap auditif

par Onisep, 2018

Partager ce contenu

© 2018 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement