Abonnez-vous


Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Laurent Pasteur réinvente la retraite

Laurent Pasteur réinvente la retraite

Par Centre Inffo

Pour son dernier poste, Laurent Pasteur, 61 ans, a passé son premier diplôme post-bac. Un brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole pour se lancer dans le maraîchage bio. Et si la retraite était une activité professionnelle comme une autre ?

« Fais ce qui te plaît et fais-le bien. » Ces quelques mots, beaucoup les aurait oubliés sitôt prononcés, rattrapés par quelque sentiment d’urgence teinté d’inquiétude. Quand vous perdez votre emploi à 57 ans, ils peuvent même raisonner comme une provocation. Seulement voilà, si Laurent Pasteur se reconnaît une qualité, ce serait « une capacité d’adaptation instantanée à tout changement ». Un coup d’œil à son CV ne peut que le confirmer : après une scolarité effectuée dans quatre pays différents et une bonne quinzaine d’établissements, c’est sans jamais accepter de s’installer qu’il déroule une carrière professionnelle jalonnée de succès et de postes à responsabilité dans la presse et la communication. Esquisse : fonceur côté face, volatile côté pile. Aussi et quand sa femme l’enjoint à, véritablement, considérer l’éventail des possibles, il décide de saisir l’opportunité. Et devant une retraite qui se fait de plus en plus proche, se met à réfléchir à ce qu’il souhaiterait faire de cette future liberté. Classique ? À ceci près qu’il renverse aussitôt la situation : « Plutôt que d’attendre la retraite pour faire ce que je veux, je vais professionnaliser cette activité. »

À votre âge... »

On peut ici lui reconnaître une deuxième qualité sous la forme d’un certain culot : lui, le Parisien de carrière habitué à gérer les plus grandes entreprises de presse, se voit désormais à la tête d’une exploitation agricole en Limousin. Il vous explique alors disposer d’un port d’attache familial en Haute-Vienne, avoir toujours eu une fibre écolo et désormais ressentir le besoin d’être physiquement et intellectuellement en contact avec la nature. Déjà apiculteur amateur, il bâtit un projet de maraîchage bio dont il projette le développement jusqu’à ses 70 ans. Coup de Larzac ? Même pas. Il se souvient d’un chasseur de tête qui, quinze ans plus tôt, lui avait déjà conseillé de ne pas chercher de travail salarié : « A votre âge, avec le bac pour seul bagage et un parcours jalonné de ruptures, vous ne trouverez pas. » Regrettant que bien des quinquas intériorisent la fin prématurée qui leur est promise, lui refuse la fatalité et construit son nouveau projet professionnel, puisant son énergie dans le sentiment qu’une nouvelle vie commence. Curieux mélange d’assurance et d’humilité, il met alors tout son dynamisme à recueillir de l’information. CIDJ, Pôle emploi, Apecita, professionnels en activité, il ne néglige aucune piste. Avec la conviction que même si les gens en connaissent moins que vous, le simple fait qu’ils vous posent des questions vous pousse à structurer votre réponse. Sa plus grande surprise ? Qu’on lui ait moins ri au nez que témoigné un réel intérêt : « Vous avez démontré que vous savez gérer une entreprise, c’est ce profil dont l’agriculture à besoin ! » Nul doute que son expérience lui servira à atteindre son premier objectif : « Ne pas perdre d’argent... »

par Nicolas Deguerry, Centre Inffo, 2018

bio

1980-2014
Fonctions de direction dans la presse et la communication

2015
Diplôme de maraîchage, spécialisation plantes médicinales (BP-REA)

2016
Achat de terres, aménagement de locaux et tests de plantation

2017-2018
Démarrage de l’exploitation

Partager ce contenu

© 2018 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement