Abonnez-vous


Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Valéria Milewski, plume éthique

Valéria Milewski, plume éthique

Par Centre Inffo

Valeur en hausse, la notion d’accompagnement essaime désormais à tous les stades de la vie. Et génère de nouveaux métiers. Exemple avec Valéria Milewski, biographe hospitalier pour personnes gravement malades, une activité qu’elle a dû inventer et s’emploie à professionnaliser.

“Passeur de mots, masseur d’histoires”

“Lorsque tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens.” Un proverbe bambara que Valéria Milewski a fait sien pour illustrer sa session d’information et d’initiation au métier de biographe hospitalier pour personnes gravement malades. À l’origine de cette profession en cours d’invention, un savant mélange de curiosité, d’ouverture et de passion pour l’écriture. Des qualités qui remontent à l’enfance, mais qui n’ont pas pour autant d’emblée tracé la voie. “Je ne savais absolument pas où aller, j’étais plutôt du genre à me laisser porter par le vent”. Quand un professionnel de l’orientation entend ce genre de confidence, c’est un autre proverbe, attribué à Sénèque, qui apparaît : “Point de vent favorable pour celui qui ne sait où il va.”

JPEG - 83.5 ko
Valéria Milewski (DR)

Dans le cas de Valéria Milewski, le vent a d’abord soufflé en direction de la communication. Non sans succès : “Je vendais très cher des concepts.” Jusqu’à ce que les nuages du non sens s’amoncellent : “J’ai démissionné quand on m’a proposé de prendre les rennes de l’entreprise, j’avais envie de pouvoir me regarder dans un miroir”, résume-t-elle. S’ensuit une bonne dizaine d’années à travailler dans l’événementiel artistique, jusqu’à ce que le dernier employeur, le Muséum national d’histoire naturelle, ferme son service. “J’y ai vu une opportunité de faire ce que j’avais toujours eu envie de faire : biographe pour personnes gravement malades, l’occasion de réunir tout ce que j’aime : écrire des histoires, écouter les gens, raconter la vie.”

En l’absence de formation existante, Valéria Milewski s’impose deux années de cursus : psychothérapie pour être au clair avec son projet, micro-entreprise de biographe privée pour tester ses capacités, et formation d’accompagnant bénévole seront son viatique. “Une épreuve d’humilité et une épreuve réussie, concède-t-elle. Mettre ses propres mots au service de l’autre, conserver ce qui m’est donné de manière intacte tout en trouvant la dramaturgie”, tel est désormais son quotidien au service d’onco-hématologie de l’hôpital Louis-Pasteur de Chartres. Trois jours par semaine au sein du service, deux jours à domicile pour écrire. Comment s’inscrit sa proposition dans l’offre médicale ? “L’équipe m’a tout de suite fait confiance, c’est un nouveau soin de support pour les malades, porteur de sens et qui s’inscrit dans une vision humaniste de la médecine. Je suis intimement convaincue que le fait de se raconter dans ces moments est important. Le fait de se retourner et de se voir inscrit dans une lignée, savoir qu’avant moi et après, il y a du monde, c’est très aidant, c’est aussi un travail sur la transmission.” Et parce que personne, bien portant ou malade, ne connaît la date de sa propre mort, chaque récit de vie se clôt sur une vingtaine de pages blanches qui invitent à poursuivre. “Pas pour ne pas voir qu’il y a une fin”, mais plutôt pour ne pas la précipiter : “Montrer qu’ils peuvent continuer.”

L’avenir du métier ? Avoir signé un CDI a certainement représenté “une grande victoire, synonyme de reconnaissance et gage d’une certaine liberté.” Maintenant que le métier est créé, reste à développer ce qui apparaît encore comme “une expérience pilote, en France et même à l’étranger”. Et pour avoir de nouveaux “passeurs de mots, passeurs d’histoires”, Valéria Milewski propose une session d’initiation-formation de trois jours. Mais attention à bien travailler vos motivations : “Sur deux cents demandes, je n’ai pris que six personnes.”

vmilewski@ch-chartres.fr

par Nicolas Deguerry, Centre Inffo, 2011

Valéria Milewski en quelques dates

1991
Master “Culture et communication” (Paris-VIII).

1991-2004
Parcours professionnel en communication publicitaire, puis artistique.

2005
Biographe privée.

2006
Formation à l’accompagnement bénévole Jalmav (“Jusqu’à la mort, accompagner la vie”).

Depuis 2007
Biographe pour personnes gravement malades en situation palliative.

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement