Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Un responsable de conformité, c’est quoi ?

Un responsable de conformité, c’est quoi ?

Par Onisep

Nouveau métier dans le paysage bancaire français, le responsable de conformité est très vite devenu incontournable. Et si on faisait connaissance…

JPEG - 30.2 ko
© Brigitte Gilles de la Londe / Onisep

Traquer le risque

Marie-Laure Sprauer a 25 ans. Depuis 2 ans, elle est en charge de la conformité au sein du groupe BPCE (Banque Populaire-Caisse d’Épargne). "Un poste s’est libéré 6 mois après la fin de mon stage de fin d’études, explique cette toute jeune diplômée du master lutte contre la criminalité financière et organisée d’Aix-Marseille 3. Ma candidature a été retenue." Son rôle ? Valider les nouveaux produits, s’assurer que la documentation commerciale fournie aux clients soit exacte, claire, non trompeuse, complète.

Traquer le risque partout où il peut s’immiscer, telle est la mission du responsable de conformité : dans la publicité, les différents outils de communication en direction du grand public, mais aussi dans l’élaboration de nouveaux produits financiers, dans le fonctionnement des salles de marché jusqu’à la chasse au blanchiment d’argent ou à la lutte contre le financement du terrorisme…

"L’idée est de formaliser tous les processus, en amont et en aval, résume Guy Schaepelynck, en charge d’une équipe dédiée pour le compte de la BPCE. Ces dernières années, la conformité a été rendue totalement autonome, indépendante des fonctions opérationnelles, commerciales ou juridiques. Elle a un grand rôle à jouer et permet d’éviter de gros problèmes. Et pour les clients, c’est un réel progrès." La difficulté du job ? Les réglementations en vigueur ne sont pas forcément compatibles !

JPEG - 1.8 ko
Guy Schaepelynck (DR)

Pour Guy Schaepelynck, en charge d’une équipe dédiée à la BPCE, les responsables de conformité sont des "empêcheurs de tourner en rond".

Un emploi récent

"Monsieur qualité" du monde bancaire, le responsable de conformité est apparu au tout début des années 2000, suite à un texte de 1997. "L’économie libérale est génératrice de risques, explique Catherine Lespiau de l’Autorité de contrôle prudentiel, c’est-à-dire l’autorité administrative indépendante chargée de l’agrément et de la surveillance des établissements bancaires et d’assurances. La conformité est un métier du risque. Et plus la dérégulation économique est grande, plus la régulation réglementaire progresse."
La crise de 2008 a généré de nouvelles créations de postes. Soit, d’après les estimations du CFPB (Centre de formation de la profession bancaire), 2 à 5 % des effectifs globaux selon les réseaux. En tout état de cause, des chiffres en progression. "Toutes les banques recrutent, souligne Olivier Robert de Massy, le directeur général du CFPB. Deux profils cohabitent : les expérimentés (issus de l’audit, du contrôle, des juristes, voire même des anciens commissaires de police) et des jeunes diplômés."

JPEG - 1.7 ko
Olivier Robert de Massy (DR)

Pour Olivier Robert de Massy, à la tête du CFPB, "les risques de dérapage sont grands tant la réglementation est imposante".

Avantage aux universitaires

Master contrôle des risques bancaires, sécurité financière et conformité de Paris 1, master droit secteur financier à Toulouse, master finance spécialité gestion des risques financiers à Cergy-Pontoise, master lutte contre la criminalité financière et organisée d’Aix-Marseille 3… dotés de libellés très variés, les diplômes dédiés qui ont séduit les recruteurs ne sont pas légion, mais pour la plupart dispensés en université. Avec une longueur d’avance donc sur les écoles de commerce.

par Onisep, 2011

Info +

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement