Abonnez-vous


Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > S’orienter dans les métiers de la finance avec WallFinance

S’orienter dans les métiers de la finance avec WallFinance

Par Centre Inffo

Nouveau venu sur le créneau de l’orientation et du recrutement, WallFinance entend aider les étudiants, jeunes diplômés et jeunes cadres intéressés par une carrière en finance à répondre à trois questions clés : quelle formation ? Pour quel métier ? Dans quelle entreprise ?

Créé par Édouard Thomas et Adrien Bouvier, tous deux ex-cadres financiers à Londres, formés à l’Edhec, le site joue avec succès la carte de la spécialisation : près de 80 métiers du secteur sont représentés et classés en 10 grand domaines, “du conseiller bancaire jusqu’au trader”, explique Adrien Bouvier.

Valeur ajoutée de la base formation Wallfinance, la finesse des critères, qui va bien au-delà des standards habituels de requête dans la granularité : les quelques 2 000 formations référencées sont ainsi accessibles par niveau d’entrée, type de diplôme, région, etc., mais aussi par domaine d’enseignement, métier cible, frais de scolarité ou encore durée du programme. Privilégiant l’approche métier, le site dispose d’une interface ludique et originale, avec la “Cité des métiers”, espace qui permet une navigation virtuelle parmi dix tours représentant les grands secteurs de la finance. Fonctionnant selon une “logique d’entonnoir”, chaque tour présente en son hall une vidéo de présentation du secteur et permet à l’internaute de découvrir, pour chaque métier présenté, les formations correspondantes et, témoignage de l’ancrage dans le réel du service, la liste des entreprises où exercer ce métier. Ouvert aux partenaires externes, le site propose aux organismes de formation comme aux entreprises de bénéficier d’un éclairage particulier, les uns sur leur offre, les autres sur leurs métiers et offres de recrutement. Une approche qui, selon Adrien Bouvier, séduit les grands groupes comme les TPE, les premiers y voyant une occasion de communiquer sur un espace spécialisé, les seconds y trouvant la possibilité de se faire connaître auprès d’une population de futurs professionnels.

Enfin, et pour ceux qui souhaitent aller plus loin, le site propose également un service payant de conseil et de coaching en orientation et gestion de carrières, décliné en quatre étapes : orientation, aide à la rédaction des candidatures, préparation des entretiens et simulation d’entretiens. À noter que, visant selon Adrien Bouvier une “approche métier vraiment opérationnelle”, les prestations s’appuient exclusivement sur des professionnels des métiers concernés.

www.wallfinance.com

par Nicolas Deguerry, Centre Inffo, 2011

Interview
Entretien avec Adrien Bouvier, co-fondateur de WallFinance

"Nous essayons de leur ouvrir les yeux sur l’ensemble du domaine des possibles"

JPEG - 7.1 ko
Adrien Bouvier (DR)

Pourquoi avoir créé WallFinance ?
À l’origine du projet, se trouve le constat que le secteur de la finance est à la fois le secteur privé qui embauche et attire le plus et, paradoxalement, également celui sur lequel règne le plus grand flou artistique en ce qui concerne la description des filières et des voies d’accès. Le manque de connaissances de la réalité des métiers est énorme, y compris de la part des étudiants en fin de parcours !

Quels sont les besoins en recrutement annuel ?
Nous savons que 40 à 60 000 étudiants sont engagés dans des spécialisations financières et que 60 à 70 % des embauches sont réalisées par les grands groupes bancaires, sur les métiers à vocation commerciale du conseil bancaire. D’une manière générale, le secteur de la finance connaît un fort taux d’embauche, en particulier de jeunes diplômés, car le secteur est l’un des plus touchés par le papy-boom.

Quels sont les métiers les plus attractifs ?
Du point de vue des étudiants, les fonctions les plus attractives se trouvent dans les banques de finance et d’investissement. Mais en tant que site d’orientation, nous essayons de leur ouvrir les yeux sur l’ensemble du domaine des possibles. Il s’agit de leur présenter la réalité du secteur et l’ensemble de ses composantes, de manière à les faire s’intéresser à des métiers auxquels ils n’auraient pas spontanément pensé. Le titulaire d’un master 2 en finance de marchés ne s’intéresse a priori pas aux métiers de l’assurance, qui présentent pourtant des débouchés intéressants.

Quels sont les niveaux de diplômes les plus prisés ?
Cela dépend bien évidemment du projet. Sur les métiers à vocation commerciale, qui sont ceux qui recrutent le plus, bac + 2 et + 3 sont les plus courants, même s’il existe une volonté très forte des banques d’attirer des bac + 4 et + 5, sur des postes à évolution rapide vers des responsabilités de management. S’il faut citer un diplôme idéal, je suis très favorable à une formation bac + 5 avec, au minimum, une année de césure complète pour effectuer un stage.

Propos recueillis par Nicolas Deguerry

ORIENTATION & FORMATION
Le portail associe la fonction publique d’État à neuf métiers de la finance. Parmi ceux-ci, le “chargé de l’exécution de la dépense publique”, dont la mission est de contrôler et d’assurer le paiement des dépenses de l’État, des collectivités territoriales et de leurs établissements publics. À noter que l’évolution du contexte d’exercice entraîne celle de l’“emploi-référence” : développement des compétences en matière d’analyse du risque, d’accueil et de conseil et accroissement du rôle d’expert auprès de l’ordonnateur.

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement