Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Jean-Paul Denanot demande à Xavier Bertrand de remettre la prescription de formation et l’orientation « sur le métier »

Jean-Paul Denanot demande à Xavier Bertrand de remettre la prescription de formation et l’orientation « sur le métier »

Par Centre Inffo

Jean-Paul Denanot, président du Conseil régional du Limousin, et président de la commission formation de l’Association des régions de France (ARF), plaide pour plus de décentralisation en matière de service public de l’orientation. Explications.

Faisant référence au décret du 5 décembre 2011 complétant les missions de service public dévolues à Centre Inffo en matière d’information sur la formation professionnelle continue (voir notre article), Jean-Paul Denanot a reproché à Xavier Bertrand, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, de « délibérément ignorer les compétences des régions en matière de formation professionnelle ».

Plaidoyer pour plus de décentralisation

Dans sa lettre ouverte adressée au ministre le 16 décembre, il estime que le ministre balaye « le travail pourtant déjà réalisé en région, avec l’appui des Carif-Oref, pour observer les besoins des territoires, recenser l’offre de formation et la qualifier ». Centre Inffo étant missionné pour recenser les prestataires actifs de formation, identifier les actions de formation conventionnées, la disponibilité des places, Jean-Paul Denanot s’interroge sur la capacité d’un organisme national à faire remonter les informations d’organismes de formation sur toute la France, « ce qui nécessite une très bonne connaissance des territoires », et sur les sanctions envisagées envers ceux, « nombreux », qui ne communiqueraient pas les informations.

Mieux recourir aux Carif-Oref

« La qualité et la pertinence des informations qui seront centralisées constituent bien entendu une priorité majeure » reconnaît-il, mais il lui semble « indispensable » d’inverser la logique de collecte en partant des informations régionales, pour les consolider au niveau national (via les Carif-Oref) car, pour lui, ces outils régionaux « reposent sur une connaissance fine des territoires et des organismes de formation » qu’il estime « inaccessible » à un mécanisme national.

Il estime que la prescription doit être « l’aboutissement d’un processus d’accueil, d’accompagnement et d’orientation des personnes », qui ne pourrait selon lui être fait convenablement avec une gestion centrale. Il demande donc au ministre de « remettre sur le métier cette question de la prescription et de l’orientation ».

par Benjamin d’Alguerre, Centre Inffo, 2012

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement