Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Formations vertes : l’offre explose

Formations vertes : l’offre explose

Par Onisep

2 700 jeunes en 2004, 50 000 en 2008, et bien plus en 2011… Lycéens ou étudiants, ils sont chaque année plus nombreux à opter pour une formation en environnement. La hausse des emplois est au rendez-vous mais le nombre de diplômés dépasse largement les besoins des entreprises.

JPEG - 13.9 ko
PHOTO © Phovoir / Onisep
Au sein des formations environnementales, toutes les spécialités ne se valent pas.

Depuis de nombreuses années, les spécialistes du Cereq (Centre d’études et de recherches sur les qualifications) scrutent les parcours d’études et d’insertion des jeunes. Cette fois, ils ont suivi sur 3 ans le parcours des jeunes sortis de formations en environnement. À l’heure du "verdissement" des aspirations de notre société, comment se passe l’insertion professionnelle de ces diplômés ? Décryptage.

Pas le marché de l’emploi rêvé

"Désenchantement", voilà ce qui ressort au moment de la recherche d’emploi. Si, malgré la crise, le secteur est resté dynamique, l’offre de formations en environnement a explosé. Résultat : une arrivée massive de jeunes diplômés sur le marché du travail.

À retenir. Premier constat difficile à digérer pour tous ceux qui se sont engagés dans ce domaine : un décalage entre les aspirations des étudiants et des concepteurs de programmes de formation d’un côté, et les besoins des entreprises de l’autre.

Insertion inégale selon le diplôme

CAP (certificat d’aptitude professionnelle), bac professionnel, BTS (brevet de technicien supérieur), DUT (diplôme universitaire de technologie), licence professionnelle (bac + 3), master (bac + 5) et doctorat (bac + 8), l’offre de formations en environnement concerne toute la gamme des diplômes. Sur le panel d’étudiants observés, les meilleurs diplômes pour s’insérer sont le baccalauréat, puis les BTS-DUT, et enfin le doctorat.

À retenir. La probabilité de trouver rapidement un emploi stable pour un jeune diplômé d’une formation en environnement est bien inférieure à celle des sortants des autres formations.

Contrastée selon les spécialités

Au sein des formations environnementales, toutes les spécialités ne se valent pas. Les spécialités "nettoyage, assainissement, protection de l’environnement", "aménagement du territoire, développement urbanisme" ou encore "aménagement paysager" donnent plus de chances de trouver rapidement un emploi que la spécialité "forêts, espaces naturels, faune sauvage, pêche".

À retenir. L’adéquation entre l’offre de formations et les offres d’emploi se fait mal. D’un côté, trop de formations universitaires autour de la nature et de l’aménagement du territoire. De l’autre, trop peu d’étudiants en "prévention et réduction des pollutions", qui offre pourtant de vrais débouchés.

par Onisep, 2011

Info +

Pour aller plus loin


Les métiers de l’environnement, collection Parcours

Si les jeunes rêvent d’emplois verts en pleine nature, les créneaux qui recrutent concernent essentiellement le traitement de l’eau et celui des déchets. Les profils scientifiques et techniques y sont majoritaires. Ce numéro invite le lecteur à découvrir les nombreuses formations du secteur, de bac + 2 à bac + 5.

Parution : janvier 2011

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement