Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Développement durable : les métiers qui recrutent

Développement durable : les métiers qui recrutent

Par Onisep

La vague attendue des emplois verts n’a pas déferlé sur le marché du travail, du fait du contexte économique difficile, mais les métiers liés au développement durable ont toujours la cote. Toutefois, cette tendance à la hausse dans les recrutements ne profite pas à tous les secteurs "verts". Lesquels viser, avec quelle formation ? Décryptage.

À consulter

JPEG - 9.9 ko
© Brigitte Gilles de la Londe / Onisep

Plus de 400 000 personnes travaillaient dans l’emploi environnemental fin 2009, selon une étude du Commissariat général au développement durable parue en mars 2011. Si les éco-activités [1] ont plutôt bien résisté à la crise, celle-ci a tout de même redistribué les cartes en termes de débouchés. "Certains métiers sont amenés à se développer à des rythmes différents suivant les secteurs", explique David Ascher, fondateur du site de recrutement Emploi-environnement.com. La conjoncture économique a eu un impact sur l’emploi vert "particulièrement dans les secteurs de l’éolien et du photovoltaïque, qui ont connu un rythme de développement moindre ces dernières années", poursuit David Ascher.

L’eau et les déchets, gros pourvoyeurs d’emplois

Difficile de prévoir le nombre exact de recrutements dans les métiers verts, les estimations faites jusqu’ici n’ayant pas été concluantes. Une chose est sûre, d’importants débouchés existent dans le secteur de la gestion de l’eau et des déchets, "historiquement de gros pourvoyeurs d’emplois" puisque qu’ils concentrent à eux deux le gros des effectifs des métiers environnementaux.

C’est dans la prévention et le traitement des pollutions, des nuisances et la gestion du risque industriel que se situent les opportunités d’emploi. Les postes de technicien d’assainissement, de chef de station d’épuration, d’hydraulicien sont quelques-uns des métiers qui embauchent. Dans le secteur de l’aménagement du territoire, on recherche également des géniecivilistes pour travailler à la construction de centres de traitement des déchets, d’infrastructures éoliennes…

"Les métiers verts drainent tout niveau de compétences"

Dans les faits, les créneaux porteurs ne sont pas les métiers les plus prisés par les étudiants, formés pour beaucoup d’entre eux dans la gestion des espaces naturels et la protection de la nature, où les débouchés sont faibles.

En revanche, plus que les autres métiers, ceux de l’environnement ont besoin de compétences très diverses, de tout niveau de formation. Aussi, dans le secteur des déchets, on a tendance à faire appel à de la main-d’œuvre peu qualifiée (bac, CAP – certificat d’aptitude professionnelle), tandis que dans le secteur de la sécurité on recrute plutôt des techniciens en environnement ou des ingénieurs.

Le bac STI2D, une bonne formation

"Pour travailler dans l’environnement, il n’existe pas de voie royale", constate David Ascher. S’il n’est pas nécessaire d’avoir un diplôme d’ingénieur, avoir un bagage scientifique et technique s’impose. "Les métiers de l’environnement demandent une approche scientifique et technique." Le choix des études courtes ou longues n’étant pas déterminant, faire un bac STI2D se révèle judicieux. Conçu pour celles et ceux qui s’intéressent à l’ingénierie industrielle, à l’innovation technologique et à la préservation de l’environnement, il donne des compétences techniques et scientifiques parfaitement utilisées dans l’industrie et le développement durable. Atout supplémentaire, il offre la possibilité de poursuivre des études courtes professionnalisantes type BTS (brevet de technicien supérieur), DUT (diplôme universitaire de technologie) ou d’aller à l’université ou en prépa TSI (technologie-sciences industrielles). Les premières classes de 1re STI2D font leur rentrée cette année. Il est encore temps de vous inscrire.

Prudence toutefois sur les formations en développement durable post-bac. "Ces formations de type bac + 5 ont explosé ces dernières années et ne sont pas la garantie de trouver un emploi", met en garde David Ascher.

JPEG - 4.6 ko

Pour aller plus loin...
Les métiers de l’environnement
Ce Parcours invite le lecteur à découvrir les nombreuses formations en environnement et développement durable de bac + 2 à bac + 5. Retrouvez l’essentiel sur le secteur et des fiches métiers illustrées par des témoignages de professionnels.
Parution : Janvier 2011

par Onisep, 2011

[1Les éco-activités sont des "activités qui produisent des biens ou services ayant pour finalité la protection de l’environnement ou la gestion des ressources naturelles", définit le Commissariat général au développement durable.

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement