Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Comment homogénéiser sans uniformiser ?

Comment homogénéiser sans uniformiser ?

Gagner en visibilité et arborer un gage de qualité, telles sont les principales retombées attendues des futurs bénéficiaires du label « Orientation pour tous – Pôle Information et orientation sur les formations et les métiers ». Pour le Délégué à l’information et à l’orientation Jean-Robert Pitte, qui s’exprimait aux 1ères Rencontres des acteurs de l’orientation organisées par l’Onisep et Centre Inffo les 14 et 15 juin à Paris, il s’agit avant tout d’organiser une offre d’orientation pléthorique, qui court parfois le risque de « noyer l’usager ».

Notre mission est "de favoriser la coopération entre les différentes structures qui participent à l’orientation sur les territoires. Il s’agit d’homogénéiser sans uniformiser", a déclaré Jean-Robert Pitte, Délégué à l’information et à l’orientation lors des premières Rencontres des acteurs de l’orientation, organisées par l’Onisep et Centre Inffo les 14 et 15 juin 2011 à Paris.

JPEG - 8.1 ko
Jean-Robert Pitte, délégué à
l’information et l’orientation
(DR)

"L’offre d’orientation, en régions, ne connaît pas le vide, mais au contraire, le trop-plein. Actuellement, plusieurs plateformes coexistent tant au niveau régional que national et ce, qu’elles déploient l’information via le Net ou des centres d’appels téléphoniques", explique Jean-Robert Pitte. "Les Fongecif régionaux, les Carif-Oref, certains Opca, mais aussi l’Onisep ou Centre Inffo fournissent de tels services. Certaines de ces plateformes sont efficaces, d’autres moins, mais ce déploiement d’information peut parfois noyer l’usager", a-t-il reconnu, plaidant, à terme, pour le "numéro unique", à la fois visible et informatif, où les usagers pourraient obtenir une première information, quitte à être mis, par la suite, en contact avec un autre organisme. "Notre objectif consiste à resserrer les mailles du filet pour perdre le moins possible d’usagers", a indiqué le Délégué, "car il n’y a rien de pire, pour une personne en décrochage ou rencontrant une situation sociale et professionnelle difficile, que d’être promenée de répondeur en boîte vocale".

Il a souligné l’importance qu’aurait le portail dématérialisé de l’orientation pour tous qui devrait, d’ici un an, être "parfait, clair et lisible pour tous les publics. Le but d’une future plateforme unique d’information sur l’orientation n’est pas d’orienter les usagers, mais, au contraire de leur permettre de s’orienter eux-mêmes en fonction de leurs besoins et de leurs envies", a insisté le DIO.

Outre le déploiement du portail, Jean-Robert Pitte a insisté sur la nécessité d’un lieu physique consacré à un premier niveau d’information. "L’information dématérialisée ne suffit pas, notamment pour les publics âgés ou en état de décrochage social. On labellisera à l’échelle d’un bassin de vie un ensemble d’organismes -soit sous le même toit comme les cités des métiers, soit sous des toits différents- un ensemble d’organismes qui accepteront de passer une convention et qui accueilleront tous les publics".

Et de poursuivre, "ce projet d’orientation pour tous vise à offrir un label à tous les partenaires de l’orientation signataires de conventions organisant un certain nombre d’actions en commun à destination des publics demandeurs d’orientation, et en particulier des plus fragilisés d’entre eux : jeunes décrocheurs, demandeurs d’emploi de longue durée, seniors en reconversion, etc.". L’objectif ? "Créer des synergies entre différents acteurs de l’orientation afin que les usagers ne soient plus égarés dans le labyrinthe des réseaux d’information et puissent se voir accueillis de manière anonyme et gratuite."

Si certaines Régions se montrent encore réticentes, d’autres sont en avance sur le calendrier, au point que le Délégué envisage les premières labellisations dès le mois d’août. "Les Régions ont un rôle essentiel à jouer en accord avec l’État pour trouver le bon maillage territorial", a-t-il insisté, citant Philippe Meirieu : "Les Régions ne peuvent rien faire sans l’État mais l’État ne peut rien faire sans les Régions". Sans oublier, bien sûr, l’implication nécessaire des départements, des communes et des intercommunalités.

par Benjamin d’Alguerre, Centre Inffo, 2011

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement