Abonnez-vous


Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Zoom sur 5 secteurs qui recrutent en 2014

Zoom sur 5 secteurs qui recrutent en 2014

Par Onisep

Malgré la crise, certains secteurs d’activité résistent, portés notamment par des facteurs structurels comme le vieillissement de la population ou encore la digitalisation des entreprises. Et si la création d’emplois reste encore faible, les départs à la retraite (600 000 par an en moyenne jusqu’en 2020) vont créer des appels d’air. Zoom sur 5 secteurs porteurs d’avenir.

L’industrie

JPEG - 34.1 ko
© Alain Potignon - Onisep

Si l’emploi dans l’industrie a diminué de 20% en 30 ans, le secteur regroupe toujours 3,5 millions de salariés en 2013-2014. "Malgré l’image d’un certain déclin, l’industrie demeure le secteur qui recrute le plus", explique Eric Ménard, Directeur Senior chez Page Personnel, "il y a un réel besoin en renouvellement des compétences, et les entreprises manquent de candidats de niveau bac +2/3 et de bac +5".

L’aéronautique, l’énergie, l’électronique, le nucléaire restent des valeurs sûres "sans oublier les services à l’industrie avec les métiers de maintenance et de process".

Si le secteur pâtit encore de clichés tenaces auprès des jeunes, les industries françaises et ses métiers se sont pourtant modernisés. Les recrutements se font plutôt au profit des profils qualifiés. Dans l’industrie aéronautique, les deux tiers des embauches concernent des jeunes diplômés de niveau bac+5. Mais certains métiers à bac ou bac +2 sont aussi en pénurie de candidats comme chaudronnier, soudeur, technicien d’atelier ou de maintenance.

L’informatique et le numérique

JPEG - 31 ko
© Alain Potignon - Onisep

Une étude réalisée par le Syntec Numérique prévoit plus de 36 000 créations d’emplois dans le numérique d’ici 2018. "Il y a un accroissement considérable des besoins en informatique dans toutes les entreprises, tous secteurs confondus", confirme Eric Ménard, "sans oublier les entreprises de services du numérique (ex-SSII) et les éditeurs de logiciels où les recrutements sont constants en bac+2/3 et bac+5".

Toutefois, si le "Big data", le "Cloud", l’e-commerce et les applications mobiles créent effectivement des emplois, "gare à l’image d’eldorado" nuance Eric Ménard, "les métiers qui manquent de candidats sont avant tout techniques et/ou spécialisés comme ingénieur informatique, développeur web, architecte système".

Enfin, la digitalisation des entreprises nécessite aussi des formateurs en informatique en interne ou externe, car bon nombre de métiers intègrent désormais des composantes numériques, inexistantes encore il y a quelques années.

Les transports et la logistique

JPEG - 30 ko
© Grégoire Maisonneuve - Onisep

E-commerce, écologie et mondialisation des échanges : voici les trois facteurs de la métamorphose du secteur transport et logistique. Plus d’un million et demi de personnes travaillent dans ce secteur, avec des métiers de plus en plus tournés vers les nouvelles technologies.

Comme pour l’industrie, "la montée en compétences des métiers de la chaîne logistique a été très forte en quelques années" indique Sébastien Sanchez, Directeur Exécutif chez Page Personnel Achats & Logistique. Et si le secteur a lui aussi souffert de la crise, "il y a un réel rebond depuis septembre 2013, les carnets de commande se remplissent pour 2014 : le secteur reste dynamique et porteur d’avenir".

Les recrutements prévus se font au profit de formations professionnelles de niveau bac +2, bac +3 et bac +5. Mais l’alternance et la formation en interne promettent toujours de belles carrières pour ceux moins qualifiés au départ.

L’économie sociale et solidaire

JPEG - 25.6 ko
© J.-L. Franco - Onisep Limoges

Associations, coopératives, mutuelles, services à la personne, économie verte : l’économie sociale et solidaire concerne près de 2,35 millions de salariés. Pour 2014, sous l’effet d’une part d’un projet de loi (avec une enveloppe de 600 millions d’euros) et d’autre part des emplois d’avenirs ciblés justement sur le secteur non marchand, le recrutement va s’intensifier.

Le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (CREDOC) estime à un potentiel de 114 000 embauches annuelles potentielles, notamment de jeunes peu qualifiés.

Les métiers qui recrutent le plus sont ceux de "terrain" : aide à domicile, assistant maternelle, aide-soignant, animateur socioculturel, auxiliaire de vie, travailleur social, éducateur sportif, etc. Mais aussi dans les fonctions support avec des évolutions possibles vers des postes de direction. Avec une prévision de 2 millions de seniors dépendants d’ici 2040, les métiers des services à la personne ont tout particulièrement de l’avenir.

L’enseignement et la formation

JPEG - 32.9 ko
© Laurence Prat - Onisep

Autre secteur qui bénéficie de l’impulsion de l’État pour 2014 : l’enseignement. Avec la réforme de la formation des enseignants et la création des écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE), un recrutement sans précédent va avoir lieu en 2014 avec plus de 21 650 postes ouverts. Il s’agit de compenser l’ensemble des départs à la retraite mais aussi de faire face à une pénurie de candidats dans un grand nombre de disciplines et de concours comme le CAPES.

Des places sont aussi à prendre dans les différentes spécialités dans les lycées professionnels, pour les enseignants chercheurs en université, IUT, écoles d’ingénieurs.

Les enseignants seraient le troisième métier avec le plus de postes à pourvoir d’ici 2020.

Le développement de la formation continue (formation pour les salariés et les chômeurs) et de ses dispositifs (DIF, CIF) va également drainer des embauches de formateurs au cours des prochaines années avec comme spécialités les plus demandées, les langues et l’informatique.

par Onisep, 2013

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement