Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Validation des apprentissages non-formels et informels : toujours un enjeu pour la commission européenne

Validation des apprentissages non-formels et informels : toujours un enjeu pour la commission européenne

Par Euroguidance France

Réalisé avec le soutien de la Commission européenne dans le cadre du programme Euroguidance. Son contenu n’engage que son auteur, la Commission européenne n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.

Les 11 et 12 janvier s’est tenue à Paris, un PLA ou "peer learning activities" qui repose sur des temps d’échange entre les représentants des pays de l’UE et de l’EEE sur un thème précis en l’occurrence dans ce cas, la Validation des apprentissages non-formels et informels.

Le sujet n’a rien de nouveau en soi mais est toujours d’actualité.
L’Union européenne est attachée depuis de nombreuses années au développement de ce dispositif par chaque État membre [1]. Certes les pratiques diffèrent d’un pays à l’autre mais tous sont intéressés pour poursuivre le développement de cet outil plus que jamais en lien avec les politiques de l’emploi. Ainsi la presque totalité des États de l’UE étaient représentés ainsi que la Turquie et l’Inde.

Dans un premier temps, les représentants français dont les représentants des dispositifs ECVET et du cadre européen des certifications, sont revenus sur la “validation des acquis de l’expérience” notamment suite au rapport remis en juillet dernier par Mme la députée Sandrine Doucet [2] et aux différentes annonces faites récemment par le gouvernement.

Parmi les expériences européennes, celles de :

  • la Direccte Ile de France : projet collectif développé en 2015, avec le secteur des services à la personne, Pole emploi et l’Afpa, pour accompagner des demandeurs dans le processus de VAE, les amenant à l’obtention d’une certification en moins de 3 mois, suivi d’un job dating et d’un retour à l’emploi pour 80% des candidats ;
  • du Département de développement économique et de compétitivité du pays basque espagnol : projet Ikanos relatif à la validation des compétences digitales, et dont l’objet a été de créer un outil en ligne pour effectuer cette évaluation ;
  • ou encore de Sonae-Contineto Modelo pour une expérience de validation des apprentissages en entreprise. La démonstration a été faite que si la validation des apprentissages est un droit individuel, elle est également un formidable outil au service des ressources humaines.

Enfin, Mme Lieve Van den Brande, représentante de la Commission Européenne, Direction générale de l’emploi et des affaires sociales a annoncé, ou rappelé, deux prochaines initiatives de la Commission comportant un volet « validation des apprentissages non-formels et informels » :

  • un futur appel à projet Erasmus+ ;
  • et, surtout, le lancement vers l’été d’un nouvel « Agenda compétences » [3].

par Euroguidance France, 2016

Réalisé avec le soutien de la Commission européenne dans le cadre du programme Euroguidance. Son contenu n’engage que son auteur, la Commission européenne n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.

[3« Skills agenda », annoncé dans le programme de travail de la commission européenne, http://ec.europa.eu/atwork/pdf/cwp_2016_en.pdf.

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement