Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Un point sur la lutte contre les dérives sectaires dans la formation

Un point sur la lutte contre les dérives sectaires dans la formation

Par Centre Inffo

L’entrisme des mouvements sectaires en entreprise et dans la vie professionnelle reste une réalité, alors même que les pouvoirs publics s’efforcent de déployer une politique efficace de vigilance. C’est l’un des constats que dressait récemment le président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), Serge Blisko, dans son rapport 2011-2012 [1].

JPEG - 29 ko
Serge Blisko (DR)

Ce rapport mentionnait que certains organismes “offrent un ensemble complet de prestations qui en font des supermarchés des produits sectaires” : conférences, cours, séminaires de développement personnel, mais aussi stages de formation professionnelle. La Mividules a cité des offres censées “sauver votre entreprise si elle rencontre des difficultés économiques” aussi bien qu’aider tout salarié qui “éprouve le mal de l’incommunicabilité entre les êtres”.

L’émergence de nouveaux “besoins”

Selon le rapport, ce phénomène “peut être considéré comme en plein développement”. Il correspond à “l’émergence de nouveaux « besoins » exprimés tout aussi bien par les dirigeants d’entreprise que par les salariés, par les managers comme par les gestionnaires de ressources humaines, par les « communicants » comme par les responsables de la prospective et des stratégies de production et de
commercialisation”
. Une situation aggravée par l’existence en parallèle de facteurs de fragilisation de la vie professionnelle, notamment l’externalisation des tâches, les redéploiements industriels affectant les sociétés de service, les changements de méthodes de management et la communication sur les “troubles psychosociaux”, corollaires de l’augmentation de la part des formations “comportementales” dans les catalogues. Sans oublier, pour de nombreux salariés, l’accroissement des aspirations à la reconversion professionnelle.

JPEG

La présence de la DGEFP

La Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle a assuré, dans le cadre de ce même rapport, que l’année 2011 avait été “particulièrement active sur le sujet des dérives sectaires dans le domaine de la formation professionnelle continue”, avec la mobilisation de ses services et de ceux des Direccte (Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi). Et de citer notamment les Assises de la qualité de la formation professionnelle [2], au cours desquelles avait été soulignée “la nécessaire vigilance de tous les acteurs de la formation professionnelle face au risque sectaire”.

Autre rappel, celui du colloque national consacré à la prévention et à la lutte contre les dérives sectaires dans la formation professionnelle (février 2012), où avait été présenté le guide “Savoir déceler les dérives sectaires dans la formation professionnelle”, rédigé par la Miviludes en collaboration avec la DGEFP. Laquelle a aussi publié des instructions [3]− avec la Direction générale du travail (DGT) − pour traquer ces dérives.

par Knock Billy, Centre Inffo, 2013

[1Remis au Premier ministre le 25 avril dernier.

[2Organisées en septembre 2011 par le ministère chargé de la Formation professionnelle, à l’occasion du 40e anniversaire de la loi organisant la formation professionnelle continue.

[3Instruction n° 2012/02 du 4 janvier 2012 relative aux axes prioritaires de contrôle ; instruction commune DGT-DGEFP du 13 mai 2012.

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement