Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Technologie

Technologie

Questions à... Jacques Bahry, directeur développement et projet au groupe IFG, président du Fffod, vice-président de Centre Inffo

"La technologie ne suffit pas à faire une bonne FOAD [1]"

Quelles sont les erreurs à éviter avec le digital ?
La première consiste à croire que se doter d’une plateforme suffit à faire une bonne FOAD. L’autre extrême consiste à assortir ses formations classiques de beaux PowerPoint en pensant ainsi s’être ainsi ouvert au numérique. Réaliser une bonne FOAD ou formation multimodale exige la mise en place d’une chaîne de métiers complémentaires avec, comme maillon essentiel, le métier d’ingénieur de formation. Le multimodal doit être au service de l’objectif pédagogique qui tient compte du sujet traité, des attentes des apprenants et du matériel à disposition.

JPEG - 13.8 ko
Jacques Bahry (DR)

Que pensez-vous de l’essor des start-up sur le marché de la formation ?
La technologie ne suffit pas à elle seule. Souvenons-nous des années 2000 et de la bulle internet qui ont vu fleurir des centaines de petits organismes qui ont cru qu’en ne faisant que du e-learning, ils détenaient la clé du paradis ! Combien en reste-t-il aujourd’hui ? Les survivants sont les organismes ayant la pédagogie dans leurs gènes qui ont su s’ouvrir à la technologie.
La place croissante des start-up sur le marché est liée au fait que les entreprises ont professionnalisé l’achat de formation à un point tel qu’elles ont fini par externaliser l’ingénierie de formation. Sachant précisément ce qu’elles veulent, elles n’ont besoin que d’"exécutants" qui leur fournissent des outils.

Comment expliquer la numérisation encore très partielle des organismes ?
En France, le marché évolue par paliers. Il a été relancé par la loi de 2014 qui a reconnu la FOAD comme une modalité légitime de formation et par la loi Travail de 2016. Pourtant, on note une appropriation lente par tous les acteurs de ces opportunités et une frilosité des financeurs à prendre le tournant du numérique. L’ingénierie pédagogique n’est pas la seule fonction concernée. Le marketing commercial doit être lui aussi au cœur de cette transformation.

propos recueillis par Valérie Grasset-Morel, publié dans le n ° 922 d’Inffo Formation, daté 15 au 31 mai 2017

[1Formation ouverte et à distance.

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement