Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Régions

Régions

Les Régions ont beau voir leurs compétences élargies, elles continuent de regretter de ne pas avoir en main l’ensemble des compétences afférentes à la chaîne orientation-formation-emploi.

Questions à Daouïa Bezaz, vice-présidente de la Région Lorraine en charge de la formation

La Région est à l’initiative d’un Pôle jeunesse. S’agit-il d’un "guichet unique" ?
Le Pôle jeunesse est une institution fondée en 2010 et placée directement sous la responsabilité de la vice-présidence formation de la Région. Il ne s’agit pas d’un “guichet unique” rassemblant les acteurs de l’emploi locaux, mais d’une instance particulière permettant de fédérer les initiatives au service de la jeunesse. La mutualisation des compétences en matière d’éducation, de formation, d’insertion mais aussi de logement ou de santé est indispensable au déploiement de politiques lisibles et cohérentes à destination des jeunes.

JPEG - 4.7 ko
Daouia Bezaz
© PS Meurthe-et-Moselle

Bientôt, les Régions seront dotées de compétences étendues en matière d’orientation et de formation. Comment cela se traduira-t-il en Lorraine ?
La Lorraine était favorable à l’acte III de la décentralisation dès le départ, même si nous aurions souhaité, à l’instar de l’ARF (Association des Régions de France), que la réforme dote les Régions de davantage de compétences en matière d’emploi. Sans maîtrise étendue des compétences orientation-formation-emploi, le pouvoir de prescription des Régions s’avère limité et incomplet. Même si le CPRDFP permet de corriger certaines incohérences nées de cet écartèlement administratif, l’État doit s’impliquer davantage dans certaines politiques régionales puisqu’il a fait le choix de garder la main sur les questions d’emploi.

L’État empêche-t-il les Conseils régionaux de mettre en place des politiques orientation-formation-emploi uniquement centrées sur le local ?
La Lorraine n’est plus aussi riche qu’autrefois (du fait des transitions industrielles) et cela fait longtemps que ses écoles, ses Universités ou ses centres de formation forment des diplômés et des professionnels qui vont ensuite travailler dans d’autres bassins d’emploi plus attractifs, que ce soit dans d’autres régions françaises ou à l’étranger. Malheureusement pour nous, nous formons beaucoup au bénéfice des autres ! Nous en tenons d’ailleurs compte dans nos politiques de mobilité, notamment transfrontalières, puisqu’actuellement, environ 70 000 Lorrains travaillent au Luxembourg ou en Allemagne dans le cadre de l’euro-Région Sar-Lor-Lux (Sarre-Lorraine-Luxembourg). Tenant compte de cette réalité, la Région finance de nombreux programmes linguistiques d’apprentissage de l’allemand pour permettre à des demandeurs d’emploi d’être susceptibles de trouver un travail dans un environnement germanophone.

par Benjamin d’Alguerre, Centre Inffo, 2013
extrait d’entretien avec Daouïa Bezaz, publié dans le n° 833 de L’Inffo formation

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement