Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil du site > Rayan, une prépa universitaire pour intégrer une école d’ingénieurs

Rayan, une prépa universitaire pour intégrer une école d’ingénieurs

Par Onisep

En 2e année de CPEI (cycle préparatoire aux écoles d’ingénieurs) de l’université Paris Diderot, Rayan passe dans quelques semaines les sélections pour entrer en école d’ingénieurs. Il revient sur son itinéraire, ses objectifs et ses méthodes de travail pour les atteindre.

Épisode 1 : son parcours, sa motivation

JPEG - 14.3 ko
® Solène L’Hénoret

Quel a été ton parcours ?

"Depuis que je suis petit, je m’intéresse aux constructions, aux sciences et notamment aux vaisseaux spatiaux. En 2nde, j’ai donc décidé de faire une école d’ingénieurs. Après mon bac S spécialité maths obtenu avec une mention assez bien, j’ai intégré une classe prépa MPSI au lycée Charlemagne à Paris. Mais être entouré d’élèves brillants et qui travaillaient énormément m’a découragé. Je ne me suis pas assez investi et n’ai pas été autorisé à passer en 2e année. Je me suis alors renseigné sur l’université Diderot, partenaire du lycée Charlemagne, qui propose une préparation aux concours des écoles des écoles d’ingénieurs. J’ai candidaté sur APB et ai été admis en 1re année de ce CPEI (cycle préparatoire aux écoles d’ingénieurs)."

En quoi consiste le CPEI ?

"C’est une licence de physique avec des enseignements supplémentaires permettant de nous préparer aux concours des écoles d’ingénieurs. Nous suivons quelques cours magistraux en amphi en commun avec les élèves de licence, mais la plupart du temps, nous avons des enseignements dédiés à notre classe de CPEI. Nous étions 50 en 1re année, nous ne sommes plus que 20.

Nous avons autour de 35 heures de cours par semaine : environ 12 heures de physique scindées en plusieurs matières (électromagnétisme, ondes, thermodynamique…), 10 heures de maths et dans le tiers restant, des cours d’électronique, d’informatique, de chimie, de français, d’anglais… Nous bénéficions d’évaluations propres au CPEI, qui nous permettront d’obtenir une L2 de physique et une attestation de CPEI si nous réussissons les examens. Nous passons aussi des colles,comme en prépa."

Quelles écoles d’ingénieurs vises-tu ?

"En CPEI, je me suis découvert un fort intérêt pour la physique, surtout l’électromagnétisme et l’optique. Je vais donc passer le concours CCP-L2, qui se déroule sur 3 jours et donne accès à un ensemble d’écoles, mais aussi postuler à des établissements plus dédiés. Je pense en l’occurrence à Supélec et à SupOptique, qui organisent des admissions sur titre au niveau bac + 2. Intégrer l’une de ces écoles très prestigieuses me permettrait d’effacer mon échec en CPGE… Une première sélection est effectuée sur dossier, reposant sur les notes obtenues en CPEI. Si je suis admissible, je serai convoqué en juin pour une journée d’épreuves écrites puis une journée d’oraux, avec un entretien de motivation. Si je n’intègre pas Supélec ou SupOptique, je pense que je poursuivrai en L3, sûrement en double licence maths-physique. Et je retenterai les admissions sur titre car beaucoup d’écoles recrutent aussi à bac + 3, notamment les écoles du concours Mines-Ponts, les Télécoms et même Polytechnique."

Comment te prépares-tu aux concours ?

"Pour me donner toutes les chances d’intégrer les écoles que je veux, j’ai décidé de me consacrer entièrement cette année à mon objectif. Je m’impose un rythme de travail personnel soutenu et je vois très peu mes amis. L’été dernier, je me suis avancé sur le programme de 2e année, ce qui me permet d’être plus serein quand on aborde les notions en cours. Tous les soirs, je relis mes cours et j’essaie de préparer les exercices des TD (travaux dirigés) ou TP (travaux pratiques) suivants. Le week-end, je m’accorde une heure pour jouer au tennis mais le reste du temps, je révise. Je me renseigne auprès de camarades qui ont passé des admissions sur titre avant moi pour avoir des informations sur le contenu des épreuves. Pour l’instant, j’ai 16 de moyenne, mais il ne faut pas que je me relâche car les résultats du dernier semestre comptent pour ces admissions-là."

À suivre…

Les publications de l’Onisep

Les écoles d’ingénieurs, collection Dossiers

Parution : novembre 2013

Classes prépa, collection Dossiers

Parution : octobre 2013

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement