Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil du site > Quels métiers pour les matheux ?

Quels métiers pour les matheux ?

Par Onisep

Compter, mesurer, dénombrer : certaines activités professionnelle, comme les statistiques, la comptabilité ou l’enseignement, font spontanément appel à des opérations apprises en cours de mathématiques ... Reste que le panel des professions accessibles aux élèves doués pour les chiffres est plus vaste que l’on ne le pense. Tour d’horizon des secteurs qui comptent sur les maths !

JPEG - 9.8 ko
© Jérôme Paillé / Onisep
Mère de toutes les sciences, les maths offrent
des perspectives d’embauches
dans de nombreux secteurs

Enseignement / recherche

Quand on parle de mathématiques, l’enseignement de la discipline est un débouché évident. Il est possible de devenir professeur de mathématiques dans un collège ou un lycée ou maître-assistant de conférence dans une école d’ingénieur ou à l’Université. Dans les années à venir, professorat et recherche resteront créateurs de nombreux emplois. Le nombre d’inscrit au concours du CAPES de mathématiques est d’ailleurs en hausse de 16,1 % cette année.

Voir la fiche secteur : Enseignement

La recherche en mathématiques est, quant à elle, au centre d’enjeux forts passionnants : trouver de nouveaux outils et concepts pour aider à la résolution de problèmes liés à l’environnement (mesure l’impact de l’effet de serre), au développement durable, à l’énergie, à l’astronomie ou à la climatologie (prévision des risques climatiques comme les cyclones ou les tsunamis…). Les jeunes mathématiciens se retrouvent majoritairement dans 2 fonctions : les études R&D et l’informatique.

Voir la fiche-secteur : Recherche

Informatique

Près d’un quart des matheux diplômés du supérieur travaillent dans l’informatique. Les applications informatiques demandent en effet des connaissances en mathématiques de plus en plus poussées pour les calculs formels et la visualisation graphique par exemple. La double compétence mathématiques-informatique est, de ce fait, de plus en plus prisée.

Voir la fiche-secteur : Informatique et télécoms

Finance / Banque

De nos jours, les secteurs marchands et les grandes noms de la finance ne peuvent se passer d’experts qui gardent les yeux rivés sur la conjoncture économique. À l’aide de savants calculs, ces pros basent leurs prévisions sur l’étude des marchés et de la concurrence pour optimiser les décisions et les investissements d’un organisme public ou d’une entreprise. Leur leitmotiv : maîtriser les risques et générer un maximum de profits. La majorité des jeunes diplômés de mathématiques employés dans le privé ont trouvés un poste dans les banques et les sociétés d’assurances. Ils peuvent également remplir les missions de contrôleur de gestion en entreprise, d’auditeur financier ou comptable au sein d’une entreprise, un cabinet comptable ou d’audit.

Voir la fiche-secteur : Banque et assurance ; Audit-Gestion-Comptabilité

Santé/ pharmacie

Les biostatisticiens sont également sollicités par les médecins et professionnels de santé pour l’optimisation des traitements, pour le séquençage du génomes, l’imagerie médicale, ou l’analyse des tests en laboratoire… Les outils de probabilités sont utilisés pour des recherche sur les évolutions prévisibles de cancers ou d’autres maladies.

Voir la fiche-secteur : Industries chimiques et pharmaceutiques

Industrie

En dehors du domaine de l’enseignement, l’industrie offre aux mathématiciens un éventail ouvert de métiers dans de nombreux secteurs d’activité tels que l’informatique, la pharmacie, l’espace, le transport. Les industries de hautes technologies ne boudent pas non plus ces profils. Ces secteurs doivent effectuer des calculs "lourds" sur ordinateur pour simuler des phénomènes complexes répondant à des lois physiques. Parmi ceux-ci, on citera l’aéronautique (prévoir les conséquences de la foudre sur un avion), l’aérospatiale (modélisation de la trajectoire optimale d’une sonde), l’automobile (simuler des chocs d’accident et leurs conséquences en termes de dommages corporels), l’énergie (simulation d’une explosion atomique), etc.

Les compétences des jeunes diplômés en mathématiques et informatiques sont également recherchées pour la résolution de problèmes logistiques divers (optimisation des ateliers de production, contrôle qualité, prévision des coûts…).

Voir les fiches-secteur : Construction navale, aéronautique et ferroviaire ; Automobile ; Énergie ; Logistique et transports ; Mécanique

Télécommunication/ réseaux

Le secteur des nouvelles technologies de l’information et de la communication fait appel aux connaissances mathématiques pour la transmission et la sécurisation de de flux de messages ou d’images à distance, sur réseaux informatiques ou par signaux radio. La précision des calculs est également essentielle à la fabrication de toute carte à puce aujourd’hui présents dans les téléphones portables, mais aussi les cartes bancaires ou les appareils photos numériques…

Voir la fiche-secteur : Informatique et télécoms

Conseil / intelligence économique

Les outils statistiques sont très sollicités pour la construction de bases de données et l’exploitation pertinente de ces bases en vue de créer de l’information décisionnelle. C’est en ce sens, que les sociétés d’assurance, les instituts de sondage, les SSII, et les services marketing des grandes entreprises s’appuient sur les compétences des mathématiciens. Ces profils sont également appréciés pour mesurer l’audience des médias ou évaluer une stratégie marketing à partir des chiffres de ventes.

Voir la fiche-secteur : Audit, conseil, comptabilité

Quelques idées de métiers...

Pour aller plus loin...

Les métiers de la statistique, Collection Zoom sur les métiers

Parution : Août 2011.

par Onisep, 2012

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement