Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Quelles évolutions pour Erasmus + à l’horizon 2027 ?

Quelles évolutions pour Erasmus + à l’horizon 2027 ?

Par Euroguidance France

La prochaine programmation pour Erasmus + couvrira la période 2021 à 2027. L’agence Erasmus + France Education Formation propose plusieurs évolutions pour le programme, qui devrait poursuivre sa croissance.

JPEG - 44.3 ko
(Source : Agence Erasmus +, rapport d’activités 2016)

Un budget attendu en hausse

L’ampleur de la hausse du prochain budget européen consacrée à Erasmus + reste à définir. Alors que celui-ci s’élevait à 14,7 milliards d’euros pour 2014-2020 (+ 40 % par rapport à la période précédente), il devrait poursuivre sa croissance ; dans un scénario optimiste il pourrait aller jusqu’à doubler.

Les fortes ambitions exprimées par la Commission, en lien ses priorités politiques en particulier en direction de la jeunesse, devront tenir compte ici des capacités de mise en œuvre des États membres.

Pour la France, l’agence Erasmus + Education Formation estime que un million de nouveaux apprenants pourraient avoir bénéficié de mobilités d’ici à 2027, en sus des un million qui en ont déjà profité au cours de ces 30 dernières années.

Un programme à simplifier pour les porteurs de projets

En lien avec la hausse des budgets d’intervention correspondant, l’agence suggère plusieurs pistes de simplification administrative dont :

  • la généralisation du système de bourses forfaitaires, actuellement en vigueur pour les étudiants, à l’ensemble des mobilités dont celles des apprentis et demandeurs d’emploi ;
  • une simplification des candidatures, en particulier pour les mobilités extra-européennes (dites « mobilités internationales de crédit », concernant les 168 pays partenaires en dehors des 33 participant au programme).

Favoriser La mobilité des apprentis et apprenants de la formation professionnelle

La démocratisation du programme demeure une priorité, par un accès plus aisé à la mobilité du secteur de la formation professionnelle.

L’agence propose de s’inspirer des pratiques développées dans l’enseignement supérieur, telles que : l’utilisation d’une charte qualité pour simplifier les réponses des porteurs de projets, ou la possibilité offertes aux établissements de se regrouper en consortia. Les mobilités devraient être inscrites dans les cursus pour permettre une validation automatique des crédits acquis par les apprentis et élèves.

L’ouverture à la mobilité extra-européenne constitue aux yeux de l’agence Erasmus + Education Formation un axe à privilégier : comme les élèves de l’enseignement supérieur, les apprenants de la formation professionnelle devraient pouvoir bénéficier de mobilités dans les 168 pays partenaires du programme. Sont cités comme exemples dans cette perspective, des partenariats à développer avec des pays du Sud de la méditerranée, et auxquels pourraient participer des apprentis ou demandeurs d’emploi souhaitant s’orienter vers les métiers de la mer, de l’agriculture ou du tourisme où ces pays ont une expérience particulière.

Faciliter la mobilité des collégiens et lycéens

L’offre de départ à l’étranger pour les collégiens et lycéens pourrait être calquée sur celle des étudiants, en étant permise dans le cadre de projets de mobilité (action clé 1).

En effet, dans la maquette actuelle du programme, les séjours concernant l’enseignement secondaire sont liés à des projets de partenariat entre établissements (action clé 2) qui ne concernent chaque année que 3000 à 4000 jeunes et enseignants pour des courts séjours depuis la France ; la mobilité dans le secondaire a ainsi marqué le pas par rapport à l’ancien programme Comenius, alors même que les échanges numériques entre écoles sont nombreux (en 2016 les échanges « e-Twinning » ont concerné 161 000 écoles et 388 000 enseignants en Europe).

L’agence émet par ailleurs plusieurs autres suggestions :

  • soutenir les réseaux d’alumni et structurer les réseaux académiques spécialistes de l’UE pour mieux promouvoir l’Europe et ses réalisations ;
  • développer l’ouverture à l’international du programme à travers les masters Erasmus Mundus, et des projets de coopération avec des pays hors Union Européenne pour l’innovation ou le développement.

L’ensemble des perspectives proposées est à retrouver dans un dossier réalisé à l’occasion des 30 ans du programme Erasmus +

par Euroguidance France, 2017

Réalisé avec le soutien de la Commission européenne dans le cadre du programme Euroguidance. Son contenu n’engage que son auteur, la Commission européenne n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement