Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Provence-Alpes-Côte d’Azur privilégie les opérateurs nationaux pour le lancement du conseil en évolution professionnelle

Provence-Alpes-Côte d’Azur privilégie les opérateurs nationaux pour le lancement du conseil en évolution professionnelle

Par Centre Inffo

Si la loi du 5 mars 2014 laisse la possibilité aux Régions de désigner des opérateurs territoriaux du conseil en évolution professionnelle, c’est avec les seuls cinq opérateurs nationaux que la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur a choisi de lancer le dispositif en 2015.

Interrogée en marge des Assises régionales de l’orientation [1], Martine Yobé, chef de service "accompagnement information orientation" à la direction des parcours professionnels de la Région, le confirme, seuls Pôle emploi, l’Apec, Cap emploi, les Missions locales et les Fongecif-Opacif seront dans un premier temps chargés de déployer le conseil en évolution professionnelle. Assumant ce choix validé le 8 décembre lors de la première réunion du Comité régional de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles (Crefop), Martine Yobé ne nie cependant pas l’existence d’autres acteurs territoriaux.

Parmi ceux-ci, la Cité des métiers de Marseille Provence-Alpes-Côte d’Azur, dont le directeur Jocelyn Meire venait justement d’interpeller la Région sur ce sujet. Évoquant notamment l’antériorité d’un site internet comparable à celui développé par le Carif Espace Compétences à la demande de la Région (voir notre article), celui qui est également trésorier du réseau international des Cités des métiers se faisait fort de proposer ses services dans le cadre de la mise en œuvre du SPRO. « La Cité des métiers a toute sa place et nous ne vous oublions pas », tentait de rassurer Martine Yobé. Mais pas question pour autant de froisser une partie des partenaires en confiant à un « prestataire particulier » la mise en place d’un service commun, expliquait-elle.

Autre inquiétude exprimée par des acteurs du second cercle, celle formulée par un représentant des CIBC [2] Paca quant au positionnement du bilan de compétences. Là encore, Martine Yobé se voulait rassurante : « Le cahier des charges le prévoit, les personnes en charge du CEP peuvent faire appel à des prestations et services connexes », rappelait-elle. Une chose est sûre, la variété des acteurs intervenant dans le champ de l’AIO sur le territoire national est telle que la question des partenariats locaux posée ce jour en Paca se retrouvera dans d’autres Régions et avec d’autres acteurs : des Maisons de l’information sur la formation et l’emploi (Mife) aux Maisons de l’emploi (MDE) en passant par les Centres d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF), bien des incertitudes restent à lever.

par Nicolas Deguerry, Centre Inffo, 2014

À consulter :

[1Marseille, 17 décembre 2014.

[2Centres interinstitutionnels de bilan de compétences.

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement