Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Positionnement des CIO : « La place du curseur est subtile » (J.-P. Bellier, Igen)

Positionnement des CIO : « La place du curseur est subtile » (J.-P. Bellier, Igen)

Par Centre Inffo

Au terme de quinze mois de réunions plénières enrichies de concertations bilatérales avec les organisations syndicales, le groupe de travail ministériel sur l’orientation (GT 14) piloté par Jean-Pierre Bellier, inspecteur général de l’Éducation nationale, est parvenu à établir une version « stabilisée » d’un ensemble de fiches définissant notamment en quatre axes les missions du conseiller d’orientation psychologue (COP).

Si les trois premiers axes concernent davantage l’orientation initiale, le quatrième définit les contours de l’implication des COP dans l’après-scolaire.

Des partenaires importants du SPRO

Tel que défini dans le cadre des réunions de concertation sur le devenir de leurs missions dans leur futur statut de psychologue de l’éducation, les COP « prennent appui sur leurs connaissances des métiers et des formations, ainsi que sur leur expertise en psychologie de l’éducation, de l’orientation et du conseil ». Au-delà de leur activité en orientation initiale, la fiche correspondant aux missions des COP prévoit « l’information et un premier accueil pour toute personne en recherche de solutions pour son orientation, et la mise œuvre des articulations nécessaires pour assurer la continuité du service rendu au public, notamment avec les organismes chargés de l’insertion professionnelle et de l’emploi ». Jean-Pierre Bellier nous le précise, il est stipulé qu’au titre de leur action dans les CIO, leurs missions se déclinent notamment par, d’une part, « la participation aux actions du service public régional de l’orientation (SPRO) que définit la convention annuelle État-Région » et, d’autre part, « l’accueil et l’information des jeunes adultes ainsi que de toute personne à la recherche d’une première information pour son orientation ».

JPEG - 21.1 ko
Jean-Pierre Bellier (DR)

Réfutant l’idée d’une révolution dans l’activité des CIO, Jean-Pierre Bellier le martèle : « Les CIO ont toujours accueilli des adultes en recherche d’une formation ou d’un conseil. » Ce qui n’exclut pas pour autant l’existence de débats entre organisations syndicales : « On voit bien que certaines tirent plutôt vers la sanctuarisation des CIO dans l’accueil des publics scolaires et des familles, là où d’autres jouent plutôt une plus grande ouverture, allant même jusqu’à penser que les CIO pourraient être des parties intégrantes des SPRO. » Et de concéder : « C’est sûr que la question de la place du curseur a été subtile à définir ! » D’où, à l’arrivée, une certaine forme de reconnaissance d’un cœur de métier centré sur l’orientation scolaire, avec une participation au SPRO en tant que partenaire contributeur. Pour l’inspecteur général, il y a là « un schéma qui correspond à la réalité ». Évoquant sa tournée des académies et ses rencontres avec les présidents de Région, il assure que « les choses sont aujourd’hui claires » : « Les CIO sont vraiment des partenaires importants du SPRO, mais le SPRO est bien plus large que les CIO. » Aussi, les Régions ne chercheront-elles pas à les « absorber ou les phagocyter, mais simplement à solliciter leurs compétences pour ce dont elles ont besoin ». À savoir ? « Une expertise et une forme de premier accueil là où le besoin s’en fait sentir, pour ensuite recommander un accueil plus approfondi dans une structure 100 % dédiée au SPRO ».

Des financements à géométrie variable

À la question de savoir si les Régions apporteront une contrepartie financière à la participation des CIO au SPRO, Jean-Pierre Bellier répond prudemment. D’une part, les positions sur la question varient d’une Région à l’autre ; d’autre part, la réforme territoriale en cours n’est pas sans entraîner son lot d’incertitudes, comme celle pesant sur l’habilitation des Régions à financer, « d’une façon ou d’une autre », les CIO. Question d’autant plus compliquée que le retrait des Conseils départementaux n’est pas sans interroger le devenir de certaines missions. Quid, par exemple, des bilans psychologiques de personnes handicapées réalisés dans le cadre des MDPH [1] ? « Les CIO d’Orléans ont réalisé 800 bilans MDPH », souligne Jean-Pierre Bellier. Et d’insister : « Où ce public pourra-t-il rencontrer un psychologue qui officie au titre du service public, ailleurs que dans un CIO ? » Et si « le boulot continue aujourd’hui de se faire », reste qu’en l’absence de clarifications, la « navigation à vue, parfois sur des bases un peu instables », pourrait bien perdurer.

Un calendrier serré

À l’exception d’éventuels ajustements sur des questions d’ordre indiciaire et indemnitaire, Jean-Pierre Bellier veut donc y croire, l’ensemble des fiches qui traitent de la transformation du corps des conseillers d’orientation psychologues en corps des conseillers psychologues de l’Éducation nationale (Psy-EN) [2], est désormais « recevable » par les organisations syndicales. D’une certaine manière, le temps presse. Car, alors qu’une première session du nouveau concours de recrutement des Psy-EN est prévue pour 2017, beaucoup reste à faire.

« Pour que le nouveau concours puisse se dérouler dès 2017, il faudrait que les programmes de ce concours soient conçus et publiés d’ici à mai 2016, ce qui veut dire que le décret en Conseil d’État portant création du nouveau corps soit pris au deuxième trimestre de l’année civile 2016 », souligne Jean-Pierre Bellier. Ceci, d’autant plus qu’il le rappelle, la direction générale des ressources humaines devrait procéder à l’intégration des anciens conseillers d’orientation psychologues et des psychologues scolaires à la rentrée suivant la publication du décret, soit dès septembre 2016. CQFD : « Concrètement, nous avons entre maintenant et le courant du deuxième trimestre 2016 pour préparer le décret. »

par Nicolas Deguerry, Centre Inffo, 2015

[1Maison départementale des personnes handicapées.

[2Corps unique réunissant les anciens psychologues scolaires et les conseillers d’orientation psychologues.

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement