Abonnez-vous


Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Orienter autrement les personnes handicapées avec le projet Ora

Orienter autrement les personnes handicapées avec le projet Ora

Par Centre Inffo

En France comme dans les autres pays européens, les personnes handicapées peinent à accéder à l’emploi. Si l’on évoque facilement le manque de qualification des candidats ou le peu d’entrain des employeurs pour expliquer cette situation, la question de l’orientation est, elle, rarement abordée.

Pourtant, expliquent les porteurs du projet européen Ora [1] − Orienter autrement −, “les personnes handicapées sont trop souvent orientées par défaut dans leurs parcours professionnels, ce qui constitue un obstacle à leur inclusion sur le marché du travail et, dès lors, à leur pleine participation dans la société”.

Une double cible

Visant, d’une part, les personnes en situation de handicap aptes à travailler et sans qualification professionnelle, et, d’autre part, les professionnels de l’accompagnement intervenant dans les structures de travail adapté ou protégé, le projet poursuit un double objectif : premièrement, “élaborer une procédure d’orientation active des personnes en situation de handicap, permettant une évolution des postures professionnelles des acteurs du domaine de l’orientation-formation-insertion-emploi” ; deuxièmement, aboutir à “la création d’une charte européenne pour une orientation active des personnes handicapées”.

Expérimentations à venir

Lancé à Lorient en novembre dernier, “le projet est articulé en trois phases”, nous explique Dominique Vincke, directrice administrative et financière de l’association Pour la solidarité [2], pilote du projet. D’abord, la “réalisation d’une cartographie et d’un état des lieux de systèmes d’orientation des différents pays partenaires” [3]. Ensuite, un “travail sur la procédure d’orientation active mené à partir d’échanges de pratiques et d’une professionnalisation par l’approche réflexive”. Enfin, “l’expérimentation de la nouvelle procédure d’orientation, qui sera testée dans chaque pays avec cinq personnes en situation de handicap et cinq professionnels de l’accompagnement”.

Une charte pour la sensibilisation et le lobbying

Des rencontres nationales [4] rythmeront la progression du projet et la réalisation d’outils de professionnalisation permettront le transfert de l’innovation. “Chaque groupe de travail national définira le type de produit à réaliser pour assurer la professionnalisation des encadrants, par exemple, un guide d’indicateurs pour l’amélioration des pratiques”, précise Dominique Vincke.

Autre volet du projet, la charte européenne pour l’orientation active des personnes handicapées entend, elle, “exprimer les principes et valeurs communs” pour à la fois permettre de “sensibiliser le grand public” et faciliter le “lobbying” auprès des décideurs.

Fin du projet en novembre 2013.

par Nicolas Deguerry, Centre Inffo, 2012

Les partenaires du projet

Entente Wallonne des entreprises de travail adapté (Belgique) ; Université de Bretagne-Sud (France) ; Association Bagnolaise de parents et amis de personnes handicapées mentales (France) ; Établissement et service d’aide par le travail de l’Association des paralysés de France de Marly (France) ; Universitatea Petrol-Gaze din Ploieşti (Roumanie) ; Ada-und-Theodor-Lessing-Volkshochschule Hannover (Allemagne), Confédération du travail Podkrepa (Bulgarie).

[1Cofinancé dans le cadre du programme européen Leonardo.

[2Basée à Bruxelles, elle se définit comme un prestataire de services pour les acteurs socioéconomiques et politiques désireux d’agir dans le champ européen de la solidarité.

[3Allemagne, Belgique, Bulgarie, France, Roumanie.

[4Bulgarie en mars 2012, Allemagne en octobre 2012, France en février 2013.

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement