Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Nicolas Misdariis, docteur par la validation des acquis de l’expérience

Nicolas Misdariis, docteur par la validation des acquis de l’expérience

Par Centre Inffo

La loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002 qui a créé la validation des acquis de l’expérience (VAE) l’avait prévu : le besoin de reconnaissance se rencontre à tous les niveaux. La preuve avec Nicolas Misdariis, tout jeune docteur en mécanique par la voie de la VAE.

« La VAE a été un grand bénéfice intellectuel »

Qu’il soit strident, cossu ou tapageur, il ressort du son d’un "clignotant" une information dont vous déduisez inconsciemment la catégorie du véhicule : utilitaire, confort, sport, etc. Même chose avec le chuintement d’une cafetière ou le gazouillis d’un téléphone : plus rien n’est bruit, tout est signifiant. Et derrière cette signature sonore, une véritable science et un sujet de recherche on ne peut plus sérieux. La preuve, Nicolas Misdariis, ingénieur acousticien, y consacre sa carrière et vient d’y dédier sa thèse, intitulée "Synthèse – Reproduction – Perception des sons instrumentaux et environnementaux. Application au design sonore". Hermétique au profane, préparé au Cnam, ce travail de doctorat ressemble somme toute à bien d’autres. Réalisé dans le cadre de la VAE, il témoigne même d’une parenté avec les motivations de tout candidat au diplôme, de bac -3 à + 10 : la reconnaissance.

Chargé de recherche et développement responsable adjoint de l’équipe Perception et design sonores à l’Ircam, Nicolas Misdariis le dit lui-même : « Je travaille dans un milieu assez académique et je ressentais le besoin de me mettre au niveau de mes collègues, qui ont tous au moins un doctorat. N’ayant pas eu l’occasion de faire un cursus classique master/thèse, je voulais aussi rattraper le temps et connaître cette évolution personnelle et professionnelle. » Et comme il le précise, l’affaire n’est pas que symbolique, le « grade » de docteur s’avérant parfois nécessaire dans le cadre de jurys ou d’appels d’offres.

Une introspection utile

Le plus surprenant dans le parcours de cet ingénieur venu à l’acoustique par passion de la musique, est la rapidité avec laquelle le projet a rencontré le succès. En à peine plus de douze mois, Nicolas Misdariis est en effet passé du stade de la découverte de la VAE sur internet à l’obtention du titre. Familier du laboratoire d’acoustique du Cnam, voisin de l’Ircam, il concède que cela lui a sans doute facilité les démarches mais n’en a pas moins suivi un parcours classique.

Et comme tout candidat, souligne la réalité de l’investissement : « Même si ma hiérarchie était au courant, d’accord et encourageante, j’avais tout de même mon travail hebdomadaire à faire. » CQFD : « La charge n’était pas linéaire mais l’investissement personnel a été fort, le soir ou tôt le matin, le week-end et les vacances. » En retour, un « grand bénéfice intellectuel » : « La VAE m’a permis de faire la synthèse de quinze années d’expérience et de recherche et de réactualiser certains sujets », se félicite-t-il.

par Nicolas Deguerry, Centre Inffo, 2015

Bio

1993
Diplôme d’ingénieur (Institut supérieur de mécanique, Paris)

1995
DEA d’acoustique appliqué (université du Maine)

2015
Doctorat en VAE (Cnam)

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement