Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Marc Thiercelin, ambassadeur de l’apprentissage

Marc Thiercelin, ambassadeur de l’apprentissage

Par Centre Inffo

Nommé par le Medef nouvel ambassadeur de l’alternance, le célèbre skipper Marc Thiercelin n’en est pas à son coup d’essai dans l’engagement en faveur de l’insertion des jeunes. Rencontre avec un sportif viscéralement engagé.

Marc Thiercelin, c’est d’abord un homme avec deux passions : la compétition et la transmission. Deux mots d’ordre qui ont rythmé sa vie de navigateur. Durant trente-six années, il n’a cessé de conjuguer sport de haut niveau sur la mer et actions en faveur de l’apprentissage et de la formation des jeunes. Pas étonnant aujourd’hui de le retrouver sur le devant de la scène pour prêter son image de marque en faveur de la cause qui l’a toujours animé. En effet, le skipper a été désigné par le Medef nouvel ambassadeur de l’alternance. Il apporte à ce titre son soutien à la vaste campagne de soutien à la candidature de l’organisation par la France en 2019 des Olympiades des métiers.

L’appel du grand large

L’apprentissage, c’est ce en quoi il a toujours cru. Farouchement concerné par la problématique de l’emploi des jeunes, il milite depuis des années sur le terrain pour faire valoir cette voie d’excellence comme un dispositif porteur d’avenir. D’où sa joie de pouvoir mettre à contribution sa notoriété pour toucher le plus grand nombre : « Le titre honorifique ne m’apporte rien en soi, l’important reste de promouvoir l’apprentissage et la jeunesse. Je veux être un porte-voix. J’ai toujours été profondément impliqué dans la logique d’une transmission aux nouvelles générations. Sinon, rien n’a vraiment de sens. » Il quitte très vite l’enseignement classique : « Je n’y apprenais pas assez, j’étais bon mais je n’entrais pas dans le cadre. Je voulais concevoir puis concrétiser. » À 14 ans, il intègre l’Ecole Boulle (qui forme à l’ébénisterie, à la marqueterie et au dessin) où il apprend la rigueur et prend goût à l’excellence. Jusqu’à prendre conscience, à la veille de ses 18 ans, qu’il n’était pas fait pour être enfermé dans un atelier.

L’appel du grand large le plonge dans le monde de la navigation et de la compétition sportive. Mais pas question de se couper des nouvelles générations. Il dirige pendant quinze ans des centres nautiques tout en devenant sportif de haut niveau puis skipper. Chef d’entreprise sur la terre, il a l’opportunité d’embaucher près de 200 jeunes et apprentis de moins de 25 ans. Résultat des courses : 700 000 km parcourus sur tous les océans, cinq tours du monde. Mais aussi 50 000 jeunes stagiaires formés dans ses écoles de voile et 180 salariés de moins de 25 ans engagés dans ses différentes entreprises.

« Je veux que l’on comprenne que la jeunesse n’est pas un concept. Les pouvoirs publics doivent les appréhender de manière plus concrète. » Gageons que son nouveau statut lui permettra de se faire entendre.

par Célia Coste, Centre Inffo, 2015

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement