Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Les Régions mettent le cap sur la qualification des jeunes

Les Régions mettent le cap sur la qualification des jeunes

Par Centre Inffo

L’Association des Régions de France (ARF) a profité de la rentrée scolaire pour faire le point sur les changements qui attendent les Régions en matière d’orientation et de formation professionnelle. Sans attendre le vote du deuxième projet de loi sur la décentralisation, un service public régional de
l’orientation (SPRO) va être expérimenté dans huit régions.

Les Conseils régionaux entendent bien exercer pleinement la “co-responsabilité” que leur donnent les réformes du gouvernement en matière d’orientation et de formation professionnelle. C’est ce qu’a affirmé François Bonneau, président de la Région Centre et de la commission éducation de l’ARF, le 4 septembre, lors d’une conférence de presse sur la rentrée scolaire.

Rappelant qu’en matière d’orientation, toutes les Régions, “même si elles ne sont directement en charge que d’une partie de la formation initiale, par le biais de l’apprentissage et de la gestion des locaux et équipements des lycées, se sentent désormais investies de la responsabilité de mener le maximum de jeunes présents sur leur territoire jusqu’à la qualification”.
Cette volonté se traduit dans le deuxième projet de loi sur la décentralisation
qui prévoit que “l’État et les Régions ont la charge du service public de l’orientation tout au long de la vie”. Dans ce cadre, la Région coordonnera les actions des autres organismes participant au service public de l’orientation (CIO, Missions locales, Chambres de métiers, Pôle emploi, etc.).

Coordonner le réseau de l’orientation

Sans attendre le vote de la réforme, un service public régional de l’orientation (SPRO) va être expérimenté dans huit Régions (Aquitaine, Auvergne, Bourgogne, Bretagne, Centre, Limousin, Pays de la Loire, Rhône-
Alpes). Elles coordonneront et animeront le réseau des acteurs de l’orientation sur leur territoire. Objectif, précise l’ARF : "Un meilleur service
rendu aux jeunes et aux adultes, trop souvent ballottés entre les différents organismes spécialisés, dans une logique de liaison formation-orientation tout au long de la vie-développement économique-emploi."

Cette expérimentation pourra être généralisée à l’ensemble du territoire, une fois adoptée la deuxième loi de modernisation de l’action publique territoriale,
dont l’examen est prévu début 2014 au Parlement. Elle donnera, considère l’ARF, “la possibilité d’une plus grande concertation avec les acteurs concernés (services de l’État, autres opérateurs) et avec les partenaires sociaux, notamment au sein du Comité de coordination régional de l’emploi et de la formation professionnelle (CCREFP)”.
Dans les Régions concernées, l’année 2013-2014 permettra de “poursuivre les politiques ou les initiatives déjà mises en œuvre, de les amplifier et de les généraliser progressivement au profit des jeunes et des adultes”.

Quant au comité de pilotage national, qui associe les Régions et les ministères concernés, “il permettra un cadrage national, notamment au niveau des principes et des valeurs, et élaborera des outils de méthode qui faciliteront la future généralisation et donc la tâche des autres Régions appelées à mettre en œuvre ce travail de coordination, une fois les dispositions législatives adoptées”.

Traiter l’offre de manière globale

En outre, la loi de refondation de l’école prévoit que la Région arrêtera
désormais la carte des formations professionnelles initiales, qu’elles soient en lycée professionnel ou en apprentissage, après un dialogue avec les autorités
académiques. “C’est une avancée qui va permettre aux Régions de favoriser la réussite des jeunes et le développement économique”, s’est félicitée l’ARF. Les dispositions de la loi, qui rendent obligatoire le dialogue entre le Rectorat
et la Région, “devraient enfin permettre de traiter de manière globale l’offre des formations professionnelles, en fonction des besoins des jeunes et des territoires et au regard des moyens disponibles”.

À ce titre, les établissements, avec leurs plateaux techniques, ont vocation à devenir des “campus des métiers et des qualifications” pour la préparation
des diplômes professionnels et technologiques, sous statut scolaire, mais
aussi en apprentissage et en formation continue.

par Philippe Grandin, Centre Inffo, 2013

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement