Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Les CIBC demandent un « arrêté dérogatoire » pour la poursuite du bilan de compétences-DIF en 2015

Les CIBC demandent un « arrêté dérogatoire » pour la poursuite du bilan de compétences-DIF en 2015

Par Centre Inffo

En juin 2014, Serge Rochet, délégué général de la Fédération nationale des Centres interinstitutionnels des bilans de compétences, voyait dans le conseil en évolution professionnelle une « opportunité historique d’évolution du bilan de compétences » (voir notre article). Quatre mois plus tard et alors que se profile le lancement opérationnel des dispositifs créés par la moi du 5 mars 2014, il lance un cri d’alarme : « si rien n’est fait, le risque est grand d’une restriction du droit d’accès au bilan de compétences au 1er janvier 2015 ». Explications.

JPEG - 40 ko
Serge Rochet (DR)

Expliquant ses craintes, Serge Rochet souligne qu’environ un tiers des bilans de compétences aujourd’hui réalisés le sont dans le cadre du Bilan de compétences-DIF [1]. Avantage pour les salariés bénéficiaires : d’abord, s’exonérer du cadre général qui requiert des conditions d’ancienneté [2] que tous ne possèdent pas. Ensuite, bénéficier d’une mise en œuvre du bilan beaucoup plus rapide dans le cadre du DIF que dans le cadre général, qui requiert un passage en commission entraînant trois mois de délai.
Appelé à disparaître au 1er janvier 2015 lors de la mise en œuvre opérationnelle du conseil en évolution professionnelle (CEP), le bilan de compétences-DIF pourrait pourtant bénéficier d’un sursis, espère Serge Rochet. D’où la demande faite aux pouvoirs publics de publier un « arrêté dérogatoire pour l’année 2015 qui permettrait aux salariés de pouvoir continuer à accéder au bilan de compétences dans le cadre du DIF, ou de ce qui le remplacera ». Le dossier, défendu auprès du ministère du Travail et de la Dgefp, paraît d’autant plus justifié aux yeux du délégué général de la fédération des CIBC, qu’il assure savoir que « bien des Régions ne pourront, dans les faits, pas mettre en œuvre le CEP avant septembre 2015 ».

Quant à 2016, Serge Rochet espère alors que le CEP sera généralisé et que les possibilités de tuilage avec le bilan de compétences qu’il évoquait lors de notre précédent entretien seront toujours d’actualité.

par Nicolas Deguerry, Centre Inffo, 2014

[1Droit individuel à la formation.

[2Au moins 5 ans d’activité professionnelle, dont 12 mois dans l’entreprise actuelle pour les salariés en CDI, 24 mois de travail, dont 4 mois consécutifs ou non au cours des 12 derniers mois, pour les salariés en CDD.

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement