Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Le transport routier de voyageurs recrute

Le transport routier de voyageurs recrute

Par Centre Inffo

D’après la FNTV [3] et l’AFT-Iftim [4], le secteur du transport routier de voyageurs (TRV) présente des besoins de recrutement proches de 11 000 personnes, dont une grande majorité de conducteurs (85 %). Alors que les acteurs de la chaîne orientation formation- emploi peinent à répondre à la demande, les deux organisations ont présenté, le 3 avril, un “kit de communication”.

Destiné aux délégations régionales de l’AFT et de la FNTV et à l’ensemble des professionnels concernés, le kit propose plaquette et vidéo à destination des professionnels de l’AIO et du public final, ainsi qu’un support d’animation pour la présentation du TRV et de ses emplois à destination des délégations.
Se félicitant d’être “l’un des rares secteurs à être optimiste quant à ses recrutements”, Michel Seyt, président de la FNTV, insiste : “Rien de nouveau sous le soleil, puisque sur les 90 000 salariés que compte le secteur, nous en renouvelons chaque année 10 à 11 000.” Pourquoi, alors, cette opération de communication ? “Si nos difficultés ne sont pas récentes, elles ne devraient pas non plus s’améliorer au regard du vieillissement des effectifs.” Et si l’âge moyen est aujourd’hui de 47 ans, “la proportion des + de 50 ans a crû de dix-sept points en dix ans”, souligne-t- il. À noter que le vieillissement des effectifs s’observe davantage parmi les personnels à temps partiel, qui représentent 40 % de la profession, et que l’on retrouve essentiellement dans le transport scolaire sur des contrats courts et fractionnés de l’ordre de trois heures par jour. Une réalité qui contraint le secteur à innover, en favorisant la pluriactivité, comme par exemple en Auvergne, où la FNTV s’intéresse de près aux agriculteurs qui disposent de temps sur des tranches horaires adaptées au transport scolaire.

“Trace ton chemin”

Autre évolution qui accentue les difficultés de recrutement selon Michel Seyt, “l’arsenal juridique national et européen qui encadre l’activité du conducteur et qui ne cesse d’ajouter à la complexité”. Exemple ?
L’âge minimum de 24 ans requis pour être conducteur de voyageurs, âge auquel “la plupart des jeunes ont déjà choisi leur métier”, estime le président de la FNTV.

S’agissant de l’attractivité du secteur, les représentants déplorent un défi cit d’image, injuste, selon eux, au regard de la variété des métiers et des rémunérations pratiquées : près de 1 500 euros brut sur treize mois pour un conducteur receveur en début de carrière, 2 200 euros brut minimum sur treize mois, voire “3 000 pour les meilleurs”, indique Michel Seyt, pour un conducteur d’autocar grand tourisme en fin de carrière.
Recrutant essentiellement sur les métiers de conducteur et de
la maintenance, le secteur offre aussi des opportunités sur des postes à responsabilités et d’encadrement. On peut aussi faire carrière au sein du secteur en utilisant les “possibilités d’évolution et de passerelles entre les différents métiers de conducteur et/où vers des postes d’encadrement”, précise ainsi Loïc Charbonnier, délégué général de l’AFT-Iftim.
En dehors de la pyramide des âges, Michel Seyt souligne que le secteur du transport routier de voyageurs est non seulement un “maillon incontournable de la chaîne intermodale au XXIe siècle”, mais aussi une garantie d’i.

S’agissant de l’égalité de genre, le TRV est historiquement un secteur masculin, mais le taux de féminisation augmente sans discontinuer depuis 2005, pour atteindre 25 % en 2010.

par Nicolas Deguerry, Centre Inffo, 2013

LES MÉTIERS DU TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS
Douze métiers, répartis en trois grandes familles, sont
accessibles par la voie de l’apprentissage et de la professionnalisation. Personnel de conduite : ambulancier, conducteur routier de voyageurs. Personnel d’exploitation : responsable d’exploitation, technicien d’exploitation en transport urbain
et non urbain, responsable de parc, agent de planning, chargé de la prépaie, commercial transport, comptable gestionnaire. Personnel de maintenance : mécanicien réparateur de véhicules industriels, chef d’atelier, agent de magasinage. Premiers visés par les recrutements, les conducteurs routiers de voyageurs doivent être
titulaires du permis D complété par la formation initiale minimale obligatoire (Fimo) d’une durée de quatre semaines. Le retour en formation continue est obligatoire tous les cinq ans. Existent également un titre professionnel de conducteur routier en transport interurbain de voyageurs, et un CAP d’agent d’accueil et de
conduite routière. La vidéo de présentation des métiers est disponible sur les sites de la FNTV, de l’AFT-Iftim sur YouTube et Dailymotion.

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement