Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Le statut d’étudiant-autoentrepreneur

Le statut d’étudiant-autoentrepreneur

Par Onisep

Le statut national d’étudiant-entrepreneur permet à tout étudiant ou jeune diplômé qui souhaite créer son entreprise d’être encadré au sein d’un PEPITE, un pôle étudiant qui accompagne les jeunes entrepreneurs. Objectif : mener à bien son projet, dans les meilleures conditions possibles.

Qui peut en bénéficier ?

Tout bachelier, étudiant ou jeune diplômé porteur d’un projet d’entreprise, quelle que soit la filière d’études suivie (BTS, université, écoles d’ingénieurs, etc.), peut bénéficier du statut national d’étudiant-entrepreneur (SNEE). Toutefois, il s’adresse en priorité aux jeunes de moins de 28 ans, âge limite pour bénéficier d’une couverture sociale étudiante.

Quels sont les avantages de ce statut ?

Bénéficier d’un double tutorat
Concilier études et projet entrepreneurial nécessite un cadre favorable, qu’offre justement ce statut "à part". La mise en place d’un double tutorat permet à l’étudiant, au sein d’un PEPITE (Pôle étudiant pour l’innovation, le transfert et l’entrepreunariat - voir encadré en bas de page), d’être accompagné par un entrepreneur ou par un conseiller d’une structure d’accompagnement à la création d’entreprise. Parallèlement, il est suivi par un enseignant tuteur, informé de son projet et prêt à le soutenir dans son double parcours.

Donner de la crédibilité à son projet
En offrant un statut national officiel et reconnu, le SNEE est un moyen d’obtenir de la visibilité et de la crédibilité auprès des banques, des fournisseurs ou des clients potentiels. Il peut aussi rassurer les familles des étudiants, qui voient d’un meilleur œil un projet reconnu comme faisant partie de la formation.

Avoir un espace de travail
Pour avancer sereinement sur un projet, mieux vaut avoir un espace de travail dédié. Le statut donne accès aux locaux du PEPITE, sans avoir à payer un loyer. L’objectif est aussi de favoriser les espaces de coworking permettant la mise en commun d’informations, de conseils et d’expériences entre les futurs créateurs d’entreprise.

Aménager sa formation
Enfin, pour ceux qui sont encore en formation, ce statut permet de mener de front études et projet d’entreprise : les étudiants peuvent bénéficier d’un aménagement dans leur emploi du temps et de la validation de leurs acquis. Le projet d’entreprise peut par exemple remplacer un stage obligatoire prévu dans le cursus. Il sera alors validé par des crédits ECTS ou par des équivalences. L’expérience entrepreneuriale est ainsi reconnue à part entière dans le parcours d’études.

Comment obtenir ce statut ?

Il faut envoyer un dossier de candidature au PEPITE auquel son établissement est rattaché. Il existe actuellement 29 PEPITE. Le comité d’engagement du PEPITE l’étudie et donne un avis favorable ou défavorable au ministère de l’Enseignement supérieur. Ce comité se compose de représentants d’établissement, de responsables pédagogiques et de partenaires du PEPITE. Si l’avis est favorable, le ministère délivre au jeune le statut.

La sélection se fait sur la base de la qualité du projet entrepreneurial, ainsi que du sérieux et de la maturité du porteur de projet. En clair, il faut être motivé et avoir déjà bien travaillé la faisabilité de son projet !

Le diplôme d’établissement étudiant-entrepreneur (D2E)

Deux cas de figure en fonction du profil du jeune

  • Pour les jeunes déjà inscrits dans une formation de l’enseignement supérieur, c’est le comité d’engagement du PEPITE qui apprécie si son inscription au diplôme d’établissement étudiant-entrepreneur est indispensable ou non.
  • Pour les jeunes qui sont déjà diplômés, l’inscription à ce diplôme est obligatoire. C’est cette inscription qui lui conférera le statut d’étudiant.

Le contenu pédagogique

Le diplôme n’a pas un programme a priori, il est à géométrie variable, en fonction du profil de l’étudiant-entrepreneur, de ses besoins et des compétences à mobiliser pour la réussite de son projet. La plupart du temps, l’accompagnement repose sur l’apprentissage par l’action (le "learning by doing"). Le jeune assiste à des cours dispensés à l’université, par exemple, mais il peut aussi participer à des workshops proposés par les partenaires du PEPITE. L’objectif est alors de favoriser le partage d’expérience, via des ateliers sur des problématiques concrètes comme la construction du business plan, les questions juridiques, etc. Le D2E valide les compétences acquises par l’étudiant dans le cadre de son projet.

À savoir : L’étudiant peut substituer son projet validé par le PEPITE à l’obligation de faire un stage. Il peut aussi effectuer le D2E dans une période de césure. Enfin, il peut "convertir" le D2E en crédits ECTS [1] dans le cadre du diplôme préparé en parallèle.

Statut d’étudiant-entrepreneur par enseignementsup-recherche

Les PEPITE

Pour raviver l’esprit d’entreprise auprès des jeunes, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de lʼInnovation a mis en place des PEPITE, répartis dans toutes les régions de France. Ils regroupent les établissements d’enseignement supérieur (universités, grandes écoles), les collectivités territoriales et les entreprises. Objectif : sensibiliser étudiants et jeunes diplômés à l’entreprenariat et les accompagner dans leurs projets de création avec des formations.

Les PEPITE proposent aussi des actions spécifiques pour encourager l’entreprenariat féminin (les femmes représentant moins de 10% des créateurs d’entreprises innovantes en France).

Enfin, l’accès aux PEPITE est également facilité aux jeunes peu ou pas qualifiés, notamment issus des zones urbaines sensibles et porteurs de bons projets.

par Onisep, 2017

[1ECTS - European Credits Transfer System : système adopté par les établissements du supérieur. Chaque semestre d’études validé permet d’obtenir des points capitalisables (on peut interrompre, puis reprendre ses études sans perdre le bénéfice des crédits acquis) et transférables (en France, d’un établissement à l’autre, mais aussi en Europe).

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement