Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Le CIDJ aide à combattre les idées reçues sur les "secteurs qui recrutent"

Le CIDJ aide à combattre les idées reçues sur les "secteurs qui recrutent"

Par Centre Inffo

Le phénomène n’est pas nouveau : « D’un côté, un chômage de masse qui touche beaucoup de jeunes ; de l’autre, des dizaines milliers d’emplois non pourvus. » C’est en rappelant ce « paradoxe vivant » que Philippe Salles, directeur du CIDJ, présentait mardi 3 décembre l’édition 2013-2014 du guide des secteurs qui recrutent. Ambition de cette deuxième édition : combattre de manière pratique les idées reçues qui polluent bien des décisions d’orientation et tendent à figer le marché de l’emploi.

L’enjeu est d’autant plus significatif que, veut croire Philippe Salles, le départ à la retraite des baby-boomers va provoquer des « appels d’air » qui ne feront que renforcer cette contradiction.

200 métiers anti-chômage

Aussi et comme l’an dernier, la nouvelle édition s’efforce de présenter plus de 200 métiers pour lesquels vingt-deux secteurs peinent à recruter. Valeur ajoutée de l’outil selon Michel Tardit, chargé de veille documentaire et coordinateur du guide : synthétiser les données disponibles par un travail de veille et de compilation des principales sources en la matière (CGSP [1], enquêtes annuelles de Pôle emploi et de l’Apec, branches professionnelles, observatoires, ministères...). Le tout couronné par un rappel des prévisions d’embauche des grandes entreprises et des sites emploi. Michel Tardit le souligne, le guide n’hésite pas être le plus fin possible lorsque les données le permettent, en mentionnant par exemple le type de contrats privilégiés par telle ou telle branche (CDI, CDD ou alternance).

Transformations d’emplois, ou créations ?

Spécificité du guide : être parti des besoins « pratico-pratiques » exprimés par les jeunes lors d’ateliers collectifs bimensuels proposés depuis environ deux ans sur la connaissance du marché de l’emploi et les secteurs qui recrutent, notamment en Île-de-France, explique Agnès Caron, directrice des ressources documentaires. L’occasion pour l’équipe du CIDJ de se confronter directement aux fameuses « idées reçues » et, partant, de tenter d’y répondre. Des exemples ? « Le secteur de l’environnement et du développement durable va créer beaucoup d’emplois », vrai ou faux ? « Faux, le secteur génère certes des attentes très fortes mais il s’agit davantage de transformation d’emplois existants que de créations d’emploi. » Relevant peut-être moins d’une idée reçue que d’une certaine mise en scène de la thématique du développement durable, il apparaît également que les jeunes intéressés par ce secteur rêvent bien souvent davantage de « protéger la nature » que de s’investir dans les filières techniques, moins glamour mais qui recrutent davantage. Des exemples ? Le traitement de l’eau, l’assainissement, les déchets, l’air ou encore les énergies renouvelables...
Moins connu peut-être : « Quel est le secteur qui doit renouveler un quart de ses effectifs d’ici à 2020, soit 600 000 emplois dont 10 % de cadres ? » Réponse qui ravira Benoît Hamon : l’économie sociale et solidaire, notamment sur les métiers d’éducateur sportif, d’aide à domicile, d’animateur et d’infirmier.
Évoquant de lui-même un grand absent, Michel Tardit explique l’omission de la fonction publique, notamment territoriale, par la difficulté d’appréhender de façon précise l’évolution de l’emploi public. « Depuis septembre dernier, tempère-t-il, le ministère a rendu visibles des chiffres concernant le recrutement dans les trois fonctions publiques. » À retrouver, donc, dans la troisième édition....

Le visiteur type du CIDJ
« L’usager type demeure l’étudiante de Paris/région parisienne âgée de 25 ans », indique Delphine Foviaux, chargée de marketing et community manager du CIDJ. Une donnée à tempérer au regard de la diversité des visiteurs : 24 % de collégiens-lycéens, 30 % d’étudiants, 26 % de personnes en recherche d’emploi, 10 % de salariés et 10 % de divers incluant « les parents et les grands-parents... » Que viennent-ils chercher ? « À 52 %, le gros de la demande concerne les questions relatives à l’orientation, aux études, aux métiers et aux stages », indique Agnès Caron. Suivis par 19 % de personnes en recherche d’emploi ou de job, 10 % d’étrangers, 6 % de personnes s’informant sur la mobilité européenne et 6 % sur la formation continue.

par Nicolas Deguerry, Centre Inffo, 2014

  • Retrouvez le guide des secteurs qui recrutent sur le site du CiDJes idées reçues qui polluent bien des décisions d’orientation et tendent à figer le marché de l’emploi.

[1Commissariat général à la stratégie et à la prospective, ex-Centre d’analyse stratégique.

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement