Abonnez-vous


Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > La franchise, remède à la crise ?

La franchise, remède à la crise ?

Par Centre Inffo

« La franchise, un bol d’air dans le monde du commerce », tel est le slogan qu’adopterait volontiers Guy Gras, président de la Fédération française de la franchise, pour vanter la bonne santé de ce mode particulier d’entreprenariat. Explications alors que s’ouvre à Paris la 31ème édition de Franchise Expo.

Non pas que franchiseurs et franchisés évoluent dans une « bulle » externe au « contexte compliqué » que connaissent tous les commerçants, explique-t-il, mais que les chiffres sont là pour montrer que « la franchise est parfaitement bien positionnée pour donner des réponses convaincantes sur le marché du commerce » : de 47,88 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2010 à 49,2 en 2011 [1], 1569 réseaux dont 90 nouvelles enseignes et 3690 franchisés supplémentaires, le secteur continue de croître en dépit d’un repli général.

JPEG - 18.3 ko
Guy Gras (DR)

Loin du triomphalisme, le président de la fédération se félicite d’un « développement raisonnable et sain, sans phénomène d’opportunité ou croissance anarchique ». Comprendre que si la franchise se porte bien, elle n’est pas non plus un « eldorado » : avec un chiffre d’affaires médian par franchisé de 520 000 € en 2011 contre 510 000 en 2010, un revenu moyen passé de 33 200 à 35 000 € sur la même période, la franchise est ancrée dans le monde réel des « petites unités de proximité ». Explication de Guy Gras, « face à un discours de fonds extrêmement pessimiste, nous avons de vrais fondamentaux, de vraies valeurs, des concepts stables, des réseaux professionnels et des acquis forts à opposer, nous sommes parfaitement structurés pour pouvoir répondre à une situation de crise ». Laquelle impacte tout de même certaines activités comme l’hôtellerie, l’immobilier, le tourisme ou encore l’équipement de la maison, qui « ont un peu souffert », concède-t-il. Ce qui marche bien ? Tout ce qui tire avantage de la crise, comme la restauration rapide, l’esthétique et la cosmétique ou la réparation automobile.

À quoi attribuer les succès du modèle de la franchise ? « D’abord, une raison générale et de bon sens : basiquement, la franchise, ce sont des gens qui se lèvent le matin pour aller gagner de l’argent, nous ne sommes pas dans la finance... ; ensuite une raison spécifique : notre vraie force, c’est la notion de réseau et de partenariat qui nous rend beaucoup plus fort dans un contexte compliqué, y compris dans notre rapport aux banquiers », estime Guy Gras.
Et à l’étranger ? Invité d’honneur de Franchise Expo Paris, la Grande-Bretagne sera représentée par Brian Smart, directeur général de l’association de la franchise britannique. « Le contexte est difficile pour le commerce, et donc aussi pour la franchise », avec une spécificité anglo-saxonne pour le commerce de proximité due au « coût de l’immobilier, qui freine les installations », explique-t-il. Comme en France, en revanche, « la dimension partenariale apparaît particulièrement intéressante en période de crise ».

Possible revers de la médaille au modèle, la difficulté croissante d’exister pour les commerces de proximité indépendants : se lancer en solo comme vendeur de cycle ou artisan fleuriste face à des enseignes fortes de puissants réseaux d’achat, de distribution et de communication, devient objectivement de plus en plus difficile sauf à trouver un marché de niche. Peut-être là une explication à ce que le président Guy Gras présente comme « l’attractivité de la franchise pour des gens qui étaient auparavant à leur propre compte » : si le secteur reste à ce jour aux deux tiers le domaine d’anciens salariés en reconversion, les anciens commerçants ne cessent eux d’augmenter, jusqu’à atteindre 24% du secteur en 2011. De gré et peut-être parfois de force, donc, les candidats au commerce franchisé sont attendus à la 31ème édition de Franchise Expo qui se tiendra des 18 au 21 mars prochains à Paris. L’occasion de participer à des journées thématiques et de rencontrer plus de 400 enseignes, « dont une centaine nouvellement présentes et une tendance à l’internationalisation », souligne Sylvie Gaudy, directrice de Franchise Expo Paris.

par Nicolas Deguerry, Centre Inffo, 2012

[130,49 milliards d’euros en 2001.

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement