Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > La formation au rendez-vous du "big data"

La formation au rendez-vous du "big data"

Par Centre Inffo

Les services documentation en entreprises et dans les grandes institutions connaissent depuis longtemps la problématique des bases de données. Aujourd’hui l’hyper connexion du plus grand public l’amène à connaître le concept de “Big Data”, la gestion des données au niveau global.

1. Une nouvelle ère ?

Le “Data Analyst” ou le “Data Scientist” sont les nouveaux spécialistes du “Big Data”. Ils croisent et agrègent des sources très diverses, provenant notamment des réseaux sociaux.
Pour en tirer bénéfice, les entreprises se dotent de nouveaux talents. Les offres d’emploi qui apparaissent notamment sur https://cadres.apec.fr portent les intitulés “Ingénieur d’étude”, “Ingénieur développement”, “Ingénieur déploiement réseau” ou encore “Statisticien industriel”. Et, plus directement, “Développeur Big Data”. Les anglicismes foisonnent. Un “Data protection officer” est garant de la protection des données personnelles. Un “master data manager” est un chef de projet. Les offres émanent d’industriels, d’agences de conseil, etc. Elles concernent souvent des “bac + 5 en informatique”, mais pas seulement, et insistent sur le “sens de la relation client”

2. Quelle demande ?

Les services marketing sont très demandeurs. La finance, les neurosciences ou la climatologie également. Les objets connectés, devenus incontournables, émettent en permanence de nouvelles données. Les administrations peuvent utiliser le Big Data pour mieux connaître leurs administrés, répondre à leurs besoins ou effectuer des contrôles – même si Big Data n’est pas encore Big Brother : “Les deux tiers des personnes sont d’accord pour partager leurs données mais à condition d’avoir un service en échange”, observent Jean-Charles Cointot et Yves Eychenne, auteurs de La Révolution Big Data (éditions Dunod). Les cabinets de recrutement s’intéressent beaucoup à cette approche, car l’analyse des informations figurant sur les réseaux sociaux et sur le “cloud”, ce “nuage” d’informations, permet d’affiner les enquêtes sur les candidats. À terme, la robotisation du croisement des données pourrait en venir à concurrencer ces agences. Pour l’heure, dans tous les secteurs, le domaine majeur d’usage est celui de l’aide à la décision.

3. Quelles formations ?

Le cabinet américain Gartner a indiqué que la demande mondiale avait dépassé les 4,4 millions d’emplois et que seulement 40 % de ces besoins étaient couverts. Mastère spécialisé, master of science, MBA… les diplômes formant aux métiers du Big Data se multiplient. “La plupart des formations concernent des spécialisations de fin de cursus”, indique-t-on chez Studyrama. Le Cnam, traditionnellement tourné vers la formation continue, propose des diplômes, certificats et unités d’enseignement en ce sens, mais également avec des prérequis importants. Autre exemple, HEC Paris a établi un partenariat avec Axa pour lancer la chaire “Stratégie digitale et Big Data”, qui “étudiera la transformation des modèles économiques des grandes entreprises”, et, notamment, “confrontera en retour les offres et produits d’Axa aux réactions de la génération des digital natives”. Ces familiers des technologies — depuis leur plus jeune âge.

par François Boltz, Centre Inffo, 2016

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement