Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > La découverte de l’économie en seconde

La découverte de l’économie en seconde

Par Onisep

Parmi les cours hebdomadaires en classe de seconde, certaines sont prévues pour élargir l’horizon, pour se frotter à d’autres modes de réflexion. Leur nom : enseignements d’exploration. Sur 14 proposés au plan national, deux sont dans la sphère économique. Leur noms : principes fondamentaux d’économie et de gestion (PFEG) ; sciences économiques et sociales (SES).

JPEG - 10.6 ko
© Fotolia

Au choix : 2 enseignements d’exploration dédiés à l’économie

En classe de seconde impossible d’échapper à l’économie. Avec la possibilité toutefois de choisir entre deux approches de l’économie. Entre les principes fondamentaux d’économie et de gestion (PFEG) d’une part et les sciences économiques et sociales (SES) d’autre part.

La décision doit être prise en classe de troisième. En 2012, plus de 435 000 ont opté pour SES, près de 103 000 s’inscrivaient en PFEG.

Noter ou pas noter ? Donner envie est le leitmotiv de ces enseignements d’exploration, quels qu’ils soient. Aussi, charge aux établissements d’établir s’ils veulent ou non noter les travaux. Cela n’entre pas en ligne de compte dans la moyenne du bulletin.

Principes fondamentaux d’économie et de gestion (PFEG)

Pratiques, concrets, les cours de PFEG permettent aux élèves d’endosser le rôle de chef d’entreprise, avec tout le cheminement avant une prise de décision. Mais l’année débute avec des notions comme le revenu des ménages, les allocations, le SMIC (salaire minimum interprofessionnel de croissance), le RSA (revenu de solidarité active)… des termes du quotidien.

Puis, dans un second temps du programme, on adopte un point de vue micro-économique. Qu’est-ce qu’une entreprise ? Comment se lance-t-elle sur un marché ? Comment fixe-t-elle son prix ?... "On forme les citoyens de demain,résume Sylvie Chartoire, enseignante au lycée Pierre d’Ailly de Compiègne (Oise).On leur apprend à bien lire les informations qui sont à portée de main."

Enfin, le troisième volet des PFEG permet de creuser des expressions, abondamment utilisées dans les médias, dont les élèves ne connaissent pas forcément les contours : le développement durable (contrainte économique ou une chance pour l’entreprise) ; le consumérisme ; l’internationalisation ou les exportations ; l’économie numérique.

Sciences économiques et sociales (SES)

Plus abstraits et théoriques, les cours de SES couvrent 5 grands thèmes : ménages et consommations ; entreprises et production ; marchés et prix ; formation et emploi ; individus et cultures. Dans ces cours, on va adopter un regard plus macro-économique, scrutant les grandes masses.

Sans recourir aux mathématiques, sans développer dans le détail les grandes théories économiques, ni même les nommer, les cours en reprennent quelques idées phare, comme par exemple les notions d’offre et de demande.

Lectures de graphiques, de textes, de tableaux ou bien encore quelques petits calculs (pourcentages, moyennes…) : le cours est prétexte à traiter des méthodes d’analyse. Des plans de dissertation peuvent être demandés.

PFEG ou SES : Quel enseignement d’exploration choisir ?

C’est avant tout dans la pratique, plus que dans les thèmes, que l’on peut pointer des différences. "L’approche est plus traditionnelle en SES,explique encore Sylvie Chartoire, professeur au lycée Pierre d’Ailly de Compiègne.On va travailler sur documents, les entraîner à l’expression écrite, à la synthèse de documents. Cela se rapproche des exigences de première et terminale ES. A leur futur mode de fonctionnement."

En PFEG, le recours à l’informatique est très fréquent, avec des "jeux sérieux", dans lesquels les élèves ont des avatars. Avec des présentations en power point à effectuer, les travaux se rapprochent de ceux demandés en classes de STMG (Sciences et technologies du management et de la gestion), pour les matières professionnelles.

Autre pratique : la venue de chefs d’entreprise ou de visite au sein de leur société, les travaux en groupe.

Exploration ou orientation précoce ? Avec les enseignements d’exploration, l’idée est bien de découvrir, pas d’afficher un choix en terme d’orientation future. C’est juste pour le plaisir. Mais, enchaîner SES et une 1ère ES est des plus logiques. Idem pour PFEG et la 1ère STMG.

L’avis des élèves

LES SES, J’AIME PARCE QUE...
En classe de 3e, on m’a expliqué que les sciences économiques et sociales étaient plus générales. Alors, j’ai opté pour cet enseignement-là. Avec les SES, j’arrive à faire des liens avec les infos à la télé. Et c’est l’occasion de débattre aussi. Dernier sujet en date : Pour ou contre le travail le dimanche ?
Amélie Gille, 15 ans, en 2nde générale, lycée Pierre d’Ailly, Compiègne

LES SES, JE N’AIME PAS PARCE QUE...
C’est un peu dur car les calculs et les nouvelles infos à gérer sont très nombreux. La proximité avec les maths est un peu trop grande à mon goût. Dans cette matière comme dans les autres, il y a une grosse différence entre le collège et le lycée.
Anna Formillo, 15 ans, 2nde générale, lycée Pierre d’Ailly

par Onisep, 2013

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement