Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > La classification multilingue ESCO

La classification multilingue ESCO

Par Centre Inffo

Connaissez-vous l’European skills, competences, occupations and qualifications (Esco), la classification européenne des aptitudes, compétences, certifications et professions ? Présentation d’un lexique emplois-formations-compétences en 26 langues.

1. Une classification européenne

L’acronyme Esco, encore peu connu, désigne la classification européenne des aptitudes, compétences, certifications et professions (European skills, competences, occupations and qualifications). Dans sa première version complète, Esco vient d’être lancé par la Commission européenne. Un site web présente cet outil linguistique, fruit de quatre années de développement. La classification permet de traduire les termes liés à près de 3 000 professions, et 13 500 descripteurs de compétences et qualifications dans 26 langues différentes
(les 24 langues officielles de l’UE plus le norvégien et l’islandais). 

2. Les enjeux d’une intercompréhension européenne

Le développement d’une “interopérabilité linguistique” dans le champ de l’emploi et de la formation fait pleinement partie de la stratégie Europe 2020 pour la Commission, et appuie sa “nouvelle stratégie pour les compétences”. Il s’agit de faciliter, via l’usage d’une nomenclature commune, la mobilité européenne au niveau des marchés du travail et des systèmes de formation. L’outil Esco devrait permettre à ce niveau une interconnexion entre les systèmes nationaux de classification en usage. 

3. De multiples usages possibles souhaités par la Commission

Parmi les premières exploitations attendues par la Commission, Esco devrait être intégrée à la plateforme Eurès, le portail pour la mobilité professionnelle au sein de l’Union européenne. L’objectif est de mieux permettre la mise en adéquation entre offres et demandes d’emploi, en s’appuyant sur la description en termes de compétences réalisées dans leurs langues respectives par un employeur, et un demandeur d’emploi.

De nombreuses autres applications sont également prévues par la Commission : interfaçage avec le Cadre européen de certifications (EQF, European qualification framework), avec le CV Europass, utilisation dans le cadre du programme Erasmus+, etc.

L’amélioration progressive de cet outil, et son adoption par les autorités nationales et les parties concernées, constitueront des facteurs décisifs pour vérifier à l’usage la pertinence et le potentiel d’Esco. 

par Vincent Joseph, chargé de mission Europe et International à Centre Inffo, 2017

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement