Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > L’Europass mobilité : quels usages en pratique ?

L’Europass mobilité : quels usages en pratique ?

Par Euroguidance France

Le Centre National Europass, géré par l’Agence Erasmus plus pour la France, vient de publier les résultats de deux enquêtes portant sur l’utilisation de l’Europass mobilité.

Plus de 200 établissements prescripteurs, et 1900 bénéficiaires, ont accepté de répondre en décrivant leurs modalités d’exploitation du document, et leur perception de son utilité.

Un outil adapté pour valoriser les compétences liées à la mobilité

L’Europass mobilité constitue l’un des cinq documents qui composent le passeport européen de compétences Europass, avec le CV Europass, le Passeport de Langues, le Supplément au Certificat et le Supplément au Diplôme.

L’Europass mobilité porte spécifiquement sur les savoirs et compétences acquis lors d’une mobilité (études ou stage) dans un autre pays européen. Il permet la description précise de la période d’étude, de stage ou de formation effectuée en Europe, et l’évaluation des compétences acquises (linguistiques, organisationnelles, sociales et techniques) durant celle-ci.

Près de 20 000 Europass mobilité ont été délivrés en France en 2016 : l’outil s’est diffusé parmi les établissements d’enseignement participant aux actions de mobilité du programme Erasmus plus.

Interrogés pour savoir s’ils jugent le document adapté pour valoriser une expérience de mobilité à l’étranger, ils sont 94 % d’établissements et 72 % d’apprenants à répondre par l’affirmative. Toujours pour 94 % des établissements, et 81,5 % des bénéficiaires, le support permet de traduire les activités réalisées en termes de compétences. Les compétences transversales mises en valeur les plus citées sont par exemple l’autonomie, l’adaptabilité, l’ouverture d’esprit.

Des usages parfois en décalage avec les modalités initialement prévues

La valeur d’un Europass mobilité procède également du cadre institutionnel de délivrance, qui en garantit la fiabilité. Ainsi, tout établissement ou organisme désirant valoriser des parcours de mobilité d’apprenants doit en faire la demande auprès du Centre National Europass. Celui-ci l’attribuera à condition que les mobilités répondent à certains critères de qualité : partenariat entre organismes d’envoi et d’accueil, convention et objectifs de formations préalablement définis. L’Europass mobilité se présente sous la forme d’un document nominatif et personnalisé délivré par l’organisme d’envoi avec un numéro d’authentification et une chemise officielle de l’Union européenne.

Les préconisations dans le fonctionnement de l’Europass mobilité prévoient également que celui-ci soit remis aux bénéficiaires avant la période de mobilité, afin d’être renseigné durant celle-ci avec le tuteur de la structure d’accueil.

À ce niveau, les résultats des enquêtes auprès des établissements et utilisateurs montrent des modalités d’usage disparates, et parfois éloignées de ces principes.
Ainsi, si 96 % des établissements interrogés disent expliquer aux bénéficiaires à quoi sert le document, ils ne sont que 38 % à leur remettre avant la période de mobilité.

D’après les participants, le document est rempli après la période de mobilité dans la moitié des cas pour les mobilités concernant la formation professionnelle, et dans environ 6 cas sur 10 pour celles de l’enseignement supérieur.

Quand l’Europass mobilité est-il complété ?

Les établissements déclarent que seuls 48 % des documents sont remplis par le tuteur. Dans plus de 30 % des cas, la rubrique « Compétences acquises pendant le parcours » n’est pas renseignée, le document tendant alors à ne servir que de simple attestation administrative de bonne réalisation de la mobilité.

Conclusion : les usagers (établissements et bénéficiaires) confirment la pertinence de l’Europass mobilité pour valoriser les compétences liées à la mobilité. Les résultats des enquêtes révèlent toutefois un besoin des établissements prescripteurs d’affiner leurs modalités d’usage, pour exploiter au mieux les potentialités de l’outil en conservant l’esprit dans lequel il a été conçu.

Une appropriation qui reste à développer, en travaillant sur la « triangulation » associant établissements prescripteurs, bénéficiaires et établissements d’accueil, et en renforçant le rôle des tuteurs étrangers dans l’usage des Europass mobilité.

par Euroguidance France, 2017

Réalisé avec le soutien de la Commission européenne dans le cadre du programme Euroguidance. Son contenu n’engage que son auteur, la Commission européenne n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.

Plus d’informations :

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement