Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil du site > Jennifer Capelle-Grandet met un turbot dans son parcours

Jennifer Capelle-Grandet met un turbot dans son parcours

Par Centre Inffo

La quatrième édition du concours culinaire "La Main d’or au féminin", destiné aux futures cuisinières, a été remportée par Jennifer Capelle-Grandet. Portrait d’une jeune apprentie qui a les fourneaux dans la peau et a su séduire les plus grands chefs avec une recette personnelle de turbot.

Si une vocation se forge dans la plus tendre enfance, c’est bien la cuisine, et elle gagne à s’épanouir. À 22 ans, Jennifer Capelle-Grandet, qui prépare un brevet professionnel de cuisine à l’Institut consulaire de formation en alternance, l’ICFA restauration de Bordeaux, a été consacrée le 2 février dernier "Main d’or au féminin". Un concours international organisé pour la quatrième fois, à l’occasion du salon professionnel dédié à la restauration et l’hôtellerie, Agecotel.

Le jury, composé notamment de toques multi-étoilées comme Joël Robuchon ou Michel Roth, a consacré la jeune femme parmi 250 candidates et une dernière épreuve resserrée de six sélectionnées. « Ce n’est pas parce que j’ai gagné ce concours que je suis certaine d’obtenir mon brevet professionnel en fin d’année », souligne avec humilité la jeune femme, qui suit son apprentissage à « L’entrée du jardin » à Cadillac, en Gironde, à quelques kilomètres du lieu où elle a grandi.

Un CAP après un bac scientifique

« Si je veux poursuivre mes études en BTS, je dois suivre une remise à niveau de six mois, alors que si j’avais eu un bac professionnel cela ne posait aucun problème. Je préfère me lancer avec mon compagnon qui est également cuisinier », explique-t-elle. Bac scientifique en poche, après un premier semestre en faculté de biologie, elle a décidé de se consacrer à sa passion, la cuisine. Dans cette perspective, elle commence un CAP de cuisinier en 2012. Pour Jennifer, l’apprentissage était une évidence. « Cela permet d’apprendre énormément en cuisine, et ces techniques sont complétées par les cours à l’ICFA. C’est une double formation en quelque sorte », poursuit-elle.

« Mon chef me fait confiance et la dimension humaine est très importante dans l’apprentissage. Mon formateur, Norbet Gimenez, m’a aidée dans la conception de la recette, nous avions 2 heures 30 pour préparer un turbot pour huit personnes », explique Jennifer, en précisant que l’ICFA incite ses apprentis à participer à des concours. Une émulation qui donne des ailes, mais aussi une solide assise aux projets de Jennifer, qui a toujours un peu la tête dans ses futures recettes.

par Cédric Morin, Centre Inffo, 2016

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement