Abonnez-vous


Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > François Debois, scénariste BD et consultant senior

François Debois, scénariste BD et consultant senior

Par Centre Inffo

Vous n’arrivez pas à choisir ? Ne choisissez pas ! Avec une bonne dose de passion, il est possible de cumuler des activités. Exemple avec François Debois, qui a réussi à rapprocher des mondes a priori aussi éloignés que celui de la bande dessinée et de l’entreprise.

“Trouver des idées originales, c’est pur plaisir !”

JPEG - 122.5 ko
François Debois (DR)

“Ce que j’ai toujours aimé dans la BD, c’est le fait de raconter des histoires. Et ça, je le retrouve aussi dans mon métier de formateur.” Un métier, François Debois, 37 ans, en a donc deux  : d’une part, la bande dessinée, avec près de 25 albums à son actif et quelques récompenses au Festival d’Angoulême  ; d’autre part, la formation, avec un titre de manager d’offre et d’expertise à la Cegos, qui n’existe nulle part ailleurs que chez son employeur. La BD, il est pour ainsi dire tombé dedans quand il était petit…  ; la formation, il y est venu lors d’un premier job décroché chez Mars, après ses études de commerce.

N’ayant jamais abandonné ni l’une ni l’autre de ses passions, il confirme travailler beaucoup − la journée, le soir, le week-end − tout en affirmant puiser de l’énergie dans ses deux activités. “Le processus créatif est tout aussi important et vecteur de plaisir que le résultat  ; quand je suis en situation d’écrire et que j’ai le sentiment d’avoir trouvé des idées originales et sympa, c’est «  pur plaisir  » et ça me nourrit  !”, s’enthousiasme-t-il. S’il n’utilise pas directement la BD comme support de formation, il s’appuie cependant fortement sur la dimension créative de l’une pour chercher à innover dans l’autre. Maître du “page-turning”, cette technique de découpage qui vous pousse à tourner la page lorsque vous lisez une BD, François Debois s’emploie à créer le même rythme lorsqu’il scénarise une formation  :
“Une formation réussie est une formation dans laquelle on a réussi à embarquer l’apprenant, à le mettre sous tension positive par rapport au sujet pour lui donner envie de s’investir, d’aller plus loin et de se poser des questions sur la suite.” L’enjeu  ? “Aller au bout d’une aventure au cours de laquelle vous allez apprendre des choses  !”
Responsable de la gamme créativité et innovation à la Cegos, il définit ainsi ce qui relie les deux pôles de sa mission  : “La créativité, c’est le moyen de générer des idées originales  ; l’invention, c’est la concrétisation de l’idée  ; l’innovation, c’est la rencontre entre une invention et son marché.” Avouant un “profil d’idéateur” − ces gens qui ont des idées tout le temps − François Debois s’efforce systématiquement de captiver son auditoire. Auteur d’un livre de
vulgarisation de l’innovation en entreprise [1], il ne peut ainsi s’empêcher d’adopter la forme du roman et déguise l’intention pédagogique en polar…

Sa conviction pour l’avenir  : “Il existe une voie d’innovation en formation qui passe par l’émotion.” Et d’expliquer  : “Des choses sont à prendre dans ce que l’on fait naturellement dans une BD, à la télé ou au cinéma… Parvenir à créer un vrai rythme en formation est ce que j’expérimente depuis des années et qui reste à explorer.” Si son univers pourrait paraître proche de celui des serious games, lui pense que les réalisations actuelles témoignent d’encore trop de rationalité dans les codes de scénarisation  : “Il faudrait que l’on puisse s’investir émotionnellement dans le personnage, en allant peut-être plus puiser dans les codes du jeu vidéo”, estime-t-il. Convaincu qu’il y a “encore beaucoup à découvrir sur l’apprentissage des adultes”, François Debois revendique un “ADN de formateur  : j’ai en moi le plaisir de transmettre”, plus l’ambition de “faire grandir les gens et de leur permettre de se réapproprier leur destin avec de nouveaux outils”. S’appuyant sur les travaux de Philippe Carré sur l’autoformation dirigée, François Debois voit dans “l’apprendre à apprendre l’une des clés pour les générations qui viennent”.

De la capacité des personnes à s’autoformer dépend également l’avenir de la formation tel que l’envisage le consultant Cegos  : “Comme beaucoup de produits culturels, la formation sera, premièrement, digitalisée et, deuxièmement, gratuite”, prophétise-t-il. Et de conclure  : “On meurt aujourd’hui que la formation reste finalement réservée à une élite de personnes déjà bien formées  : le vrai défi pour demain, c’est de permettre à tout le monde de se former le plus gratuitement possible, ce qui suppose à la fois d’inventer de nouveaux outils pédagogiques et de nouveaux modes de partage de la valeur.” Avis aux créatifs…

par Nicolas Deguerry, Centre Inffo, 2012

François Debois en quelques dates

1997 : Cursus en commerce (ESC Bretagne, University West of England, Bristol)
1998-2001 : Responsable marketing et développement commercial (Masterfoods)
Depuis 2001 : Manager Offre et expertise, responsable Créativité et innovation (Cegos)
Depuis… toujours  : Fan de BD et scénariste (Magus, Talisman, Chasseurs d’écume, Jack l’éventreur, etc.)

[1Qui a tué l’innovation  ?, Arkoad éditions, 2009.

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement