Abonnez-vous


Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Femmes et innovation numérique

Femmes et innovation numérique

Par Onisep

Clara est titulaire d’un master 2 en affaires publiques de l’université Paris-Dauphine . Mathilde est diplômée de Sciences Po et d’HEC. À 27 et 24 ans, elles ont mis leurs compétences en commun pour créer une plate-forme web ambitieuse : Cityzee. Réseau social au service des maires et de leurs électeurs, l’objectif est de recréer du lien entre élus locaux et citoyens.

Quelle est la genèse de Cityzee ?

Mathilde : Nous nous sommes rencontrées pendant les élections présidentielles et législatives de 2012. Nous étions stagiaires au consulat de France à New-York, au sein des services Communication et Événementiel. Nous étions chargées d’organiser les bureaux de vote pour les Français installés à New-York et de créer des événements pour promouvoir ces élections. C’est dans ce cadre que nous avons pris conscience du manque d’intérêt des Français à l’égard de la politique.

Clara : De retour à Paris, j’ai rejoint un mouvement militant pour plus de démocratie participative. J’ai donc suivi et observé de près des élus en campagne lors des municipales de 2014. Et j’ai à nouveau constaté cette trop grande distance entre les élus et la population. C’est à ce moment que le projet Cityzee a germé : redonner de l’intérêt à la politique grâce aux nouvelles technologies.

Parlez-nous de Cityzee…

Créé sur le modèle de Facebook, cet outil permet un dialogue direct entre l’élu et ses électeurs : ceux-ci peuvent, par exemple, donner leur avis sur un projet (la construction d’une crèche, l’installation de vélos en libre-service…). De son côté, le maire peut les inviter à se prononcer sur les délibérations du conseil municipal, à assister à un café politique… L’objectif ? Redonner du sens à la démocratie participative. La plate-forme devrait maintenant être rapidement opérationnelle.

Quels obstacles avez-vous dû surmonter ?

Clara : Ayant un bon réseau parmi les élus locaux grâce à mes expériences passées, j’ai pu soumettre le projet aux principaux intéressés. Nous avons mené une étude de marché, dont les résultats étaient clairs : il y a un réel besoin de renforcer la communication entre les maires et les citoyens. Sur les conseils de nos proches, nous avons participé au concours de création d’entreprise écoresponsable et citoyenne (2C2E) organisé par le groupe IGS. À la clef : une aide financière et l’accès à l’incubateur de l’école. Car, pour entreprendre, il faut des financements.

Mathilde : C’est en effet le premier obstacle à franchir : trouver des fonds pour se lancer ! Heureusement, nous avons décroché la 3e place et obtenu ainsi une aide de 3 000 € et l’accès à l’incubateur de l’IGS, ce qui nous a offert une structure de travail. Un vrai tremplin ! Nous avons pu rapidement nous entourer d’une équipe de développeurs et le projet a commencé à prendre forme.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes voulant créer leur propre entreprise ?

S’entourer de gens qui ont déjà entrepris, c’est très précieux ! Car créer sa société n’est pas sans difficultés, les moments d’abattement sont fréquents. Mener une veille sur les innovations dans son secteur est aussi important pour se démarquer des réalisations concurrentes. Enfin, il faut savoir communiquer pour promouvoir son projet. Art de la persuasion, persévérance et force de caractère sont indispensables !

Le concours de création d’entreprise du groupe IGS

Depuis 2008, le groupe IGS organise un concours visant à récompenser des projets de jeunes entrepreneurs, issus de toute la France (le concours de la création d’entreprise écoresponsable et citoyenne). En plus d’une enveloppe financière, les 3 lauréats bénéficient d’un accompagnement juridique et de journées de formation d’expertise en stratégie commerciale et en expertise-comptable. Surtout, ils ont accès pendant un an à l’incubateur du groupe IGS qui propose des locaux, mais aussi des ressources (accès Internet, téléphonie, ordinateurs…), un accès privilégié aux enseignants et chercheurs de l’école, ainsi qu’une mise en réseau avec des entrepreneurs expérimentés.

par Onisep, 2016

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement