Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Étienne Roumailhac, désinsectisateur

Étienne Roumailhac, désinsectisateur

Par Centre Inffo

Accompagné dans sa reconversion par l’Agefiph et dans sa création d’entreprise par la Boutique de gestion, Étienne Roumailhac est parvenu à monter en sept mois une activité de lutte contre le frelon asiatique. Passion, sens de l’innovation et forte capacité de travail sont les ingrédients de sa réussite.

Artisan landais : 1 - Frelon asiatique : 0

Si, croisant un jour la route d’Étienne Roumailhac, celui-ci vous adresse des compliments, méfiez-vous. L’homme a beau déborder d’enthousiasme pour ces « merveilles de la nature » que sont les frelons asiatiques, il ne s’en est pas moins fixé pour objectif de les... éradiquer. Rien de personnel à ce dessein, juste une mission professionnelle née d’un impératif de reconversion pour raisons de santé. Saluée par le Prix national du Concours Talents de la création d’entreprise et le Prix de l’Encouragement de l’Agefiph, l’initiative d’Étienne Roumailhac l’est aussi par le marché : passé de 200 nids de frelons l’année de sa création à 400 en 2012, l’homme n’a jamais eu le temps de douter de son entreprise.

La vie au grand air

JPEG - 23.7 ko
Etienne Roumailhac (DR)

Il faut bien dire que s’il avoue une scolarité compliquée, il apprend vite, pour autant qu’il détecte l’opportunité de « joindre l’utile à l’agréable » : « les boulots que je n’ai pas aimés, je les ai fait une demi-semaine ! », prévient-il. Parmi ceux qui ont retenu son attention, il y aura d’abord eu le monde du cheval. Lequel le motive suffisamment pour qu’il obtienne un CAP agricole de cavalier-soigneur. À 21 ans, une petite annonce l’amène toutefois à changer de métier : le voici berger au Pays basque. Armé d’une formation qui aura « duré un quart d’heure », il devient en trois ans responsable d’un grand troupeau, avant de décider d’aller voir ailleurs pour améliorer l’ordinaire. L’ensemble des permis en poche suite à des financements régionaux, commence une carrière de conducteur d’engins qui durera près d’une quinzaine d’années. D’abord sur des machines agricoles, puis dans le BTP où les horaires sont moins exigeants. Revenu à cette occasion dans les Landes, il apprécie ce métier qui lui fournit à la fois bon salaire et l’occasion d’exercer un travail varié en conduisant toutes sortes de machines. Autant dire que malgré un goût prononcé pour l’exploration, Étienne Roumailhac serait peut-être aujourd’hui toujours aux prises avec ses "dumper" si une chute de l’un de ces tombereaux haut perchés ne l’avait contraint à la reconversion. Désormais reconnu travailleur handicapé, il bénéficie rapidement de l’accompagnement de l’Agefiph mais ne s’avère « pas spécialement emballé » par ce qui lui est alors proposé.

Innovation + niche = succès

Se souvenant s’être passionné pour le métier de désinsectisateur lorsqu’il y avait lui-même eu recours, il ne tarde pas à voir une opportunité devant l’invasion persistante du frelon asiatique. Vérifications faites, il constate que les nids se multiplient et qu’il ne rentre pas dans la mission principale des pompiers de venir se frotter au prédateur : la demande est là, l’offre est lacunaire, il n’en faut pas plus pour qu’il se rapproche de la Boutique de gestion des Landes. Profitant de son expérience dans le monde agricole, il obtient par la voie de la VAE l’agrément nécessaire à la manipulation de produits phytosanitaires et obtient un financement du Conseil général pour le stage obligatoire d’initiation à la gestion. Sept mois plus tard, L.G.F., pour Landes Guêpes Frelons, est créée, Étienne Roumailhac peut se lancer à l’assaut du marché. Pour celui qui assure avoir découvert la communication en créant son entreprise, la distribution de flyers et autres cartes de visites fait mouche : « je me suis retrouvé à traité quatre nids par jour dès les trois premiers mois et suis monté à cinq ou six nids dès la fin de la première année d’exercice ». Aujourd’hui à la tête d’un marché composé à 60 % de collectivités locales et 40 % de particuliers, il est suffisamment occupé pour envisager d’embaucher un renfort pour la période d’août à octobre.

La clé du succès, il ne la doit cependant pas qu’à une communication bien ciblée mais aussi et peut-être surtout à l’innovation dont il a su faire preuve : d’une part, intervenant sans nacelle mais par escalade ou, moins dangereux, en utilisant un système de perche manœuvrable depuis le sol, il a ainsi pu faire baisser le coût des interventions ; d’autre part, ses efforts pour utiliser des produits le moins nuisibles possible pour l’environnement l’ont aidé à séduire sa clientèle. En conclure que sa combinaison d’intervention lui sied comme des pantoufles serait mal connaître notre homme : confirmant par là que sa première motivation professionnelle reste l’exploration, il vient tout juste de s’associer avec des ingénieurs avec un nouvel objectif en tête : « développer une société spécialisée dans les drones anti-frelons ». Que la force soit avec vous, M. Roumailhac !

par Nicolas Deguerry, Centre Inffo, 2013

Étienne Roumailhac en 4 dates...

1989
CAP de cavalier-soigneur (alternance)

2000
Certificats d’aptitude à la conduite en sécurité (formation continue)

2011
Agrément pour l’épandage de produits phytosanitaires - Dapa (VAE)

2012
Lauréat national Talents de la création d’entreprise et prix de l’encouragement Agefiph

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement