Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil du site > Erasmus + passe à la vitesse supérieure

Erasmus + passe à la vitesse supérieure

Par Onisep

Des financements accrus de 40 %, une offre de mobilité nouvelle : le programme européen Erasmus +, qui couvre la période 2014 à 2020, encourage les jeunes de 34 pays à développer leurs compétences à l’étranger. Explications d’Antoine Godbert, directeur de l’Agence Europe-Éducation- Formation France, qui gère ce programme en France.

Quelles sont les nouveautés par rapport à Erasmus ?

JPEG - 17.1 ko
Antoine Godbert (© Sophie-Pawlak)

Erasmus +, c’est plus de budget, plus de projets et plus de mobilités. Les anciens dispositifs, en particulier Erasmus (enseignement supérieur), Leonardo da Vinci (formation professionnelle), Comenius (enseignement scolaire) et Grundtvig (formation des adultes), sont rassemblés au sein d’Erasmus +. Cela en simplifiera la visibilité et l’accès.

Du côté de l’enseignement supérieur, la nouveauté réside dans le montant des bourses étudiantes qui sera fonction du pays de destination et de son niveau de vie. Les montants peuvent varier entre 150 et 500 € par mois.

Autre nouveauté : la possibilité pour les établissements de créer des partenariats associant d’autres établissements européens et le monde économique.

Quel est l’objectif de ces partenariats ?

Erasmus était centré sur le développement de compétences individuelles. Dans un contexte de crise économique, l’enjeu est d’ajouter des compétences recherchées par le monde du travail et par les bassins d’emploi. À cet effet, des collectivités territoriales, des entreprises et des établissements d’enseignement de trois pays différents pourront s’associer pour monter des projets communs, tels que des cursus de formation répondant aux besoins d’un secteur économique donné. Des mobilités d’étudiants seront financées dans ce cadre. Quelles sont les destinations possibles ?

Déjà actif dans 34 pays de l’espace européen, le programme Erasmus + s’ouvre au monde entier. Cela répond aux souhaits des jeunes, toujours plus nombreux à viser des destinations lointaines comme l’Australie, l’Amérique latine, l’Asie… Il est prévu que 5 à 10 % des bourses de mobilité concerneront des séjours hors d’Europe, sans que l’on sache encore quels territoires seront privilégiés.

  • ERASMUS + EN BREF

Erasmus + réunit toutes les actions européennes en faveur de la mobilité éducative. Ce programme s’occupe en particulier les bourses de mobilité attribuées à différents publics en cours formation :

  • Les jeunes en formation professionnelle initiale et apprentis (jusqu’au bac professionnel), professionnel) pour un stage en entreprise de 2 semaines à un an
  • Les étudiants, pour des périodes d’études à l’étranger, de 3 à 12 mois, dans un établissement partenaire (de la 2e année d’études post bac au doctorat) ou pour un stage en entreprise de 2 à 12 mois (dès la 1re année d’études post bac).
  • Les jeunes diplômés, pour des périodes de stage à réaliser moins d’un an après l’obtention de leur diplôme.
  • ÉTUDIANTS EN MOBILITÉ : QUELLES AIDES FINANCIÈRES ?

Le montant de la bourse tient compte du coût de la vie dans le pays de destination (de 150 € à 500 €/mois pour un séjour d’études et de 250 € à 700 €/mois pour un stagiaire).

Des aides complémentaires sont attribuées aux étudiants en situation de handicap et à ceux qui sont originaires d’Outre-mer.

Par ailleurs, les étudiants de master pourront bénéficier d’un système de prêt garanti par l’UE pour un montant maximal de 12 000 € (pour une année) ou 18 000 € (pour 2 ans).

par Onisep, 2013

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement