Abonnez-vous


Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Erasmus + cible les publics de la formation professionnelle

Erasmus + cible les publics de la formation professionnelle

Il est le plus célèbre des programmes européens, mais il faut toujours le promouvoir. Erasmus +, dédié à la mobilité des apprenants (mais aussi des formateurs) repose sur deux piliers : la défense de l’emploi et la promotion de la citoyenneté européenne. Les récents Erasmus Days ont célébré les 30 ans du programme et donné lieu à 575 événements à travers la France.

Les Erasmus Days, les 13 et 14 octobre derniers, ont couronné les 30 ans de programme Erasmus et donné lieu à 575 événements festifs, aussi bien dans les plus grands établissements d’enseignement que dans les centres de formation d’apprentis.

“Nous souhaitons qu’Erasmus+ puisse profiter à l’ensemble des jeunes et, notamment, aux apprentis et jeunes en formation”, explique Isabelle Jezougo, chef de la représentation en France de la Commission européenne. Erasmus+ s’inscrit ainsi dans le cadre de la Stratégie Europe 2020 qui vise à favoriser l’insertion professionnelle des publics les plus fragiles, parmi lesquels les premiers niveaux de qualification. “Sur les 65 000 à 70 000 mobilités par an en France, 18 000 relèvent de la formation professionnelle. Le budget alloué pour ce public s’élève à 28 millions d’euros”, précise Laure Coudret-Laut, directrice générale de l’agence Erasmus+ France Éducation / Formation. Actuellement, les élèves des CFA et plus globalement ceux qui suivent une formation professionnelle bénéficient d’une mobilité moyenne de vingt-huit jours. “Notre ambition est de faire en sorte que ce public profite lui aussi d’une mobilité longue. C’est un enjeu considérable”, ajoute Laure Coudret-Laut.

Avec les apprentis de Provence-Alpes-Côte d’Azur

La Journée Erasmus pour les apprentis était organisée le 13 octobre à Marseille. Pour Yannick Chenevard, vice-président régional à la formation professionnelle et à l’apprentissage, c’était l’occasion de souligner que “les apprentis de la région Paca ont été deux fois plus nombreux à partir en 2017 qu’en 2016”, qui plus est sur des mobilités longues.

“En France, une seule Région, Provence-Alpes-Côte d’Azur, a souhaité dédier les Erasmus Days à l’apprentissage et à la mobilité des apprentis”, souligne le député européen Jean Arthuis. Évoquant son combat pour la mobilité longue, il observe des concordances entre les priorités françaises et l’agenda européen. Alors que lui-même vient d’être chargé par la ministre du Travail Muriel Pénicaud d’une mission de développement d’Erasmus Pro pour l’apprentissage à l’échelle européenne, il souligne la décision de la Commission d’affecter 400 millions d’euros sur la période 2018-2020 à la mobilité d’environ 50 000 apprentis.

Martine Reicherts, directrice générale de l’éducation, de la culture et des sports à la Commission européenne, souhaite d’ailleurs multiplier par dix le budget européen consacré au programme. Considérable ? Relativement, à considérer qu’“une année Erasmus, c’est dix-huit jours de politique agricole commune”, indique-t-elle.

Un anniversaire célébré au CFA de Bordeaux

Les 30 ans d’Erasmus ont également été célébrés à Bordeaux, dans le bâtiment moderne du CFA des métiers de l’artisanat de Gironde. C’est dans cette ville que se trouve le siège de l’agence Erasmus+ France Éducation / Formation. L’année dernière, 52 apprentis de ce CFA sont partis en Angleterre, en Allemagne et en Espagne, et 26 jeunes européens sont venus à Bordeaux. “C’est une opportunité formidable, explique Dominique Ganteille, directeur du CFA, mais difficile à mettre en place : il faut que les entreprises acceptent de laisser partir des jeunes qu’elles salarient, même si nous essayons de prendre un maximum de temps sur les jours alloués à l’enseignement en CFA.”

Né en 1987, le programme Erasmus s’adressait alors seulement aux étudiants de l’enseignement supérieur. Cette cible initiale s’est considérablement élargie depuis 2014, année de lancement d’Erasmus+. Il est depuis cette date également ouvert aux jeunes en formation professionnelle, aux apprenants adultes, aux enseignants, aux formateurs, aux volontaires et animateurs de jeunesse – sans oublier, donc, les apprentis en mobilité longue, depuis 2016. •

Déploiement d’“ambassadeurs Erasmus+ de la citoyenneté” en 2018
Le 13 octobre à Marseille, Sébastien Thierry, directeur adjoint de l’agence Erasmus+ France Éducation / Formation, a annoncé le déploiement en 2018 d’un réseau d’“ambassadeurs Erasmus+ de la citoyenneté”. En cours d’expérimentation à Bordeaux et à Paris, l’initiative vise à “montrer tout ce qu’une expérience à l’étranger peut avoir de positif, y compris en termes de valeurs”. Recrutés parmi d’anciens bénéficiaires du programme, ces ambassadeurs iront témoigner de leur expérience dans les écoles, les centres de formation d’apprentis, les centres sociaux, etc.

par Mireille Broussous, Nicolas Deguerry, Jean Berthelot de la Glétais, Centre Inffo, 2017

Plus d’infos :

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement