Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > En route vers le droit à l’information et à l’orientation

En route vers le droit à l’information et à l’orientation

Avec ce premier numéro d’Orientactuel décidé par Patrick Kessel, directeur de Centre Inffo, et Pascal Charvet, directeur de l’Onisep, nous voici, selon l’expression de ce dernier, dans le « continuum de l’orientation tout au long de la vie ». Centre Inffo, référent en matière d’information sur la formation professionnelle, et l’Onisep, acteur historique de l’information sur la formation initiale, s’inscrivent ainsi pleinement dans la création du droit à l’information et à l’orientation décidé par la loi du 24 novembre 2009.

Acte 1 d’une convention signée en 2009, cette newsletter de l’orientation sera suivie par l’organisation commune de journées d’orientation tout au long de la vie (Paris, juin 2011). « Cela veut dire que l’on pense ensemble à ces questions : cela peut paraître très banal mais c’est ce travail en commun, concret et opérationnel, qui nous permet d’avancer et d’aller plus loin », déclarait le directeur de l’Onisep Pascal Charvet à l’occasion des 40 ans de l’Onisep.

Pour mieux comprendre la portée de ce nouveau droit en cours de création, nous vous proposons de revenir un instant sur les missions de Jean-Robert Pitte, délégué à l’information et à l’orientation.

Le Premier ministre François Fillon a adressé, début septembre 2010, sa lettre de mission à Jean-Robert Pitte, nommé délégué à l’information et à l’orientation le 23 juin 2010. Le texte reprend les missions définies par la loi du 24 novembre 2009. Il livrait alors à Centre Inffo ses premières réactions.

Le délégué compte s’appuyer sur « les bonnes pratiques qui seront généralisées » pour mettre en place le service dématérialisé d’information et la labellisation des organismes appelés à devenir lieux d’accueil. Un comité de pilotage est prévu, comprenant les quatre grands ministères concernés (Éducation nationale, Enseignement supérieur, Emploi et Formation professionnelle, Jeunesse), mais aussi largement ouvert à d’autres partenaires intervenant dans le champ de l’information et de l’orientation. L’objectif majeur de la mission est l’aide à l’accès à l’emploi.

"Établir des cahiers des charges"
La Délégation est constituée d’une secrétaire et de cinq chargés de mission "de haut niveau", détachés par chaque ministère concerné, dont André Roussel et François Hiller qui travaillaient déjà avec l’ex-délégué, Bernard Saint-Girons. La Délégation est rattachée à Matignon, mais son siège est installé rue de Grenelle dans les locaux du ministère de l’Éducation Nationale. C’est une équipe resserrée mais, précisait le Délégué, « le but de la Délégation n’est pas de tout faire mais d’établir des cahiers des charges ».

Vers un "service public d’orientation" complet.

La lettre de mission précise que le nouveau service public de l’orientation doit associer l’État, les Régions et les partenaires sociaux, et permettre à toute personne, sous statut scolaire ou en activité « d’accéder à une information complète sur les emplois, les métiers et les formations ainsi qu’à un conseil personnalisé ».
Ce service public doit être « complet, simple et facile d’accès ». Les usagers seront associés à l’évaluation du service rendu. Le délégué est appelé à présenter un plan de coordination décliné régionalement - avec mutualisation des outils et des démarches - des opérateurs nationaux sous tutelle de l’État en matière d’information et d’orientation. Document qui sera remis au Parlement et rendu public.

Il doit également établir des normes de qualité pour améliorer le service rendu. Celles-ci serviront de base pour les procédures de labellisation des organismes qui seront reconnus « lieux d’accueil pour tous ».

Le premier niveau d’accompagnement - gratuit et accessible à tous - sera assuré par un service dématérialisé (téléphone et Internet) issu de la mise en synergie de l’Onisep, de Centre Inffo et du CIDJ.

Jean-Robert Pitte doit appuyer la mise en œuvre et la coordination des politiques d’information et d’orientation aux niveaux régional et local, en particulier en nouant des partenariats avec les comités de coordination régionaux de l’emploi et de la formation professionnelle. Ceci, afin « d’établir une articulation fonctionnelle entre le niveau national et le niveau régional ».

Le DIO doit également contribuer à la mise en place des plateformes d’appui aux élèves en décrochage scolaire. Enfin, il remettra chaque année un rapport sur le bilan des actions conduites au Premier ministre.

En lien avec le ministre chargé de l’Emploi, le délégué conduira les négociations des conventions entre l’État, les Régions et le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP), notamment la convention prévue par la convention cadre du 15 mars 2010. Cette dernière, conclue entre l’État et le FPSPP, prévoit 5 millions d’euros pour le financement du service dématérialisé d’information et d’orientation.

Par Patricia Gautier-Moulin, Centre Inffo, 2011.

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement