Abonnez-vous


Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Droits convertibles

Droits convertibles

Questions à... Stéphane Lardy, secrétaire confédéral Force Ouvrière chargé de l’emploi, de l’Unedic et de la formation professionnelle

En amont de la conférence sociale pour l’emploi du 19 octobre 2015, nous avons interrogé le représentant de Force Ouvrière sur la vision du futur compte personnel d’activité, qui rentrera en vigueur au 1er janvier 2017.

À quoi le compte personnel d’activité devra-t-il ressembler ?

Il devra être un élément de meilleure sécurisation des parcours, mais aussi de flexibilité. En effet, si la personne dispose d’un filet de sécurité plu intéressant, elle aura davantage de liberté pour assurer les transitions professionnelles. c’est d’ailleurs sur son caractère transitionnel que nous devon agir, qu’il soit vertical ou horizontal.

En outre l’enjeu du compte personnel d’activité, c’est la convertibilité des droits. Nous pouvons imaginer un compte dont le contenu pourrait être converti en formation, en temps... Il faut donc faire attention. Pour nous, il n’est pas question de convertir les heures du CPF en argent, pour faire autre chose que de la formation.

Il devra y avoir un socle non fongible, quels que soit les droits attachés au compte personnel d’activité. Reste donc à définir les droits qui ne pourront pas être convertis. On peut imaginer un système de fongibilité asymétrique. Exemple : je vais nourrir mon CPF par mon épargne salariale, mais pas le contraire. Ce sont des années de travail, car tout le monde n’est pas sur un pied d’égalité. L’idée de fond, c’est l’amélioration des droits des salariés.

Propos recueillis par Béatrice Delamer et Célia Coste, Centre Inffo, 2015, extrait d’un entretien publié dans Inffo Formation n° 885, 1er au 14 octobre 2015 (réservé aux abonnés)

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement