Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil du site > Comment devient-on auditeur certificateur de formation ?

Comment devient-on auditeur certificateur de formation ?

Par Centre Inffo

La montée en puissance de la problématique de la qualité de la formation entraîne des besoins accrus d’auditeurs certificateurs de formation. De quoi s’agit-il ? Quelles sont les formations nécessaires ?

1 – Une exigence induite par la loi du 5 mars 2014

La réforme en cours accorde une place importante à la qualité de l’offre de formation proposée aux individus. Cette mission est confiée notamment aux financeurs. Pour l’assurer, ceux-ci auront besoin de spécialistes pouvant certifier de la qualité aussi bien de l’offre que des prestataires. « On ne s’improvise pas auditeur certificateur. La certification de la qualité est une technique », rappelle François Galinou, consultant accompagnateur en démarche qualité ISO en formation professionnelle, gérant de l’organisme d’accompagnement Pedagogic Agency et président de l’Institut de certification des professionnels de la formation et du conseil, ICPF & PSI.

2 – Maîtriser la démarche qualité

Pour devenir auditeur certificateur de l’ICPF & PSI, par exemple, il faut d’abord justifier d’une formation en management de la qualité. « Nous recrutons des profils justifiant d’un master 2 en management de la qualité. Un auditeur doit d’abord maîtriser les fondamentaux de la qualité », précise le consultant accompagnateur. Pour être opérationnel, l’auditeur reçoit une formation adaptée aux normes (Iso 9001 qui s’applique à toutes les activités, Iso 29990 destiné aux services de formation, les NFX-50… françaises) et aux domaines concernés. Ainsi, « nous le formons à pratiquer ces fondamentaux dans le champ de la formation professionnelle ».

3 – Savoir être critique

Autres exigences du métier : la rigueur et la capacité à prendre du recul. « L’audit est une activité qui consiste à rechercher, en fonction d’un référentiel, les défauts, ce qui ne va pas dans un dossier de candidature. Il faut donc avoir la capacité d’être critique, de questionner », insiste François Galinou. En effet, « un auditeur impliqué sentimentalement dans un dossier éprouvera quelques difficultés pour bien faire son travail ». Un bon auditeur c’est donc « celui qui a la capacité à présenter des faits et des chiffres, des données objectives. Il faut bien comprendre que le prestataire qui entame une démarche qualité poursuit un double objectif : l’assurance de se placer sous le contrôle d’une tierce partie, et la satisfaction des exigences de ses clients par extension des parties prenantes ». C’est une sorte de quitus. C’est pourquoi ICPF & PSI évite de maintenir ses auditeurs internes en mission au sein de sociétés clientes.

Les besoins en auditeurs vont accroître considérablement, compte tenu de l’importance de la qualité en formation aujourd’hui. La qualité des résultats des audits de certification dépendra de celle des auditeurs eux-mêmes.

par Knock Billy, Centre Inffo, 2015

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement