Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil du site > Cinq chantiers FPSPP pour structurer les Fongecif

Cinq chantiers FPSPP pour structurer les Fongecif

Par Centre Inffo

Depuis 1983, les Fongecif prennent en charge le financement du congé individuel de formation, mais aussi – depuis une quinzaine d’années, cette fois – s’impliquent dans le conseil et l’accompagnement des usagers. Quid des Fongecif de demain, alors que les imminents "compte personnel de formation" (CPF) et "conseil en évolution professionnelle" (CEP) s’apprêtent à étendre la notion même d’individualisation de la formation ?

Depuis trente ans, près de cinq millions de salariés ont été reçus par les Fongecif et un million ont bénéficié d’un financement. En 2012, une étude Ipsos révélait que 82 % des bénéficiaires d’un Cif appartenaient à la catégorie socioprofessionnelle des ouvriers et employés. Et à l’issue de leur congé formation, 70 % d’entre eux avaient changé d’entreprise, 54 % de secteur d’activité et 10 % étaient devenus entrepreneurs, dans le cadre d’une création ou d’une reprise d’entreprise. “Ces résultats démontrent que les publics concernés par le Cif sont bien ceux qui ont le plus besoin d’accompagnement et de formation et qu’en outre, l’objectif de promotion sociale et de facilitation des mobilités professionnelles est bien rempli !”, s’est félicité Francis Da Costa, président du Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP [1]) alors qu’Emmanuelle Wargon, déléguée générale à la formation professionnelle et à l’emploi (DGEFP) saluait “ce bon produit” qu’est le Cif et “l’excellent réseau” des 26 Fongecif.

Cif, CPF et CEP

Paradoxe, toutefois. Si le congé individuel de formation constitue un outil de promotion sociale efficace, c’est cependant dans un contexte général de précarisation de l’emploi (80 % des contrats de travail signés sont des CDD) et d’un accès des publics adultes à la formation continue largement insuffisant, puisqu’en la matière, la France se classe avant-dernière dans le palmarès de l’OCDE. Autant de constats qui ont amené les pouvoirs publics – et Michel Sapin, ministre du Travail et de l’Emploi, en premier lieu – à vouloir donner une place de choix aux Fongecif dans les futurs services publics régionaux de l’orientation (en Pays de la Loire, le Fongecif est ainsi déjà tête de réseau en la matière), mais aussi dans la mise en œuvre des futurs comptes personnels de formation (CPF) et conseils en évolution professionnelle (CEP) sortis de la négociation entre les partenaires sociaux (ndr : Accord national interprofessionnel du 14 décembre 2013). “De par leurs caractères régionaux, interprofessionnels et interbranches, les Fongecif ont un rôle à jouer dans la facilitation de l’accès à la qualification”, estimait Emmanuelle Wargon. Un rôle que l’État entend bien favoriser en facilitant, par le biais de la nouvelle génération des conventions d’objectifs et de moyens (Com) qui devrait poindre à l’horizon 2015, les partenariats entre les Fongecif, les Régions et les acteurs territoriaux de l’orientation, de l’emploi et de la formation professionnelle.
Une dimension territoriale encadrée, néanmoins, par une articulation nationale permettant la mutualisation des pratiques et des moyens. “Et c’est là l’enjeu d’un système d’information central, susceptible d’offrir une gouvernance nationale des actions locales en convergence avec le CPF”, a expliqué la déléguée à l’emploi et à la formation. Et d’anticiper, déjà, les articulations possibles entre l’actuel Cif et le futur CPF qui, selon les voeux de Michel Sapin, devrait être opérationnel en 2015.

Cinq chantiers pour une “colonne vertébrale commune”

L’idée d’un outil informatique commun aux 26 Fongecif, le Comité paritaire national de la formation professionnelle (CPNFP), organe de pilotage du FPSPP, l’avait en tête depuis bientôt deux ans.
Trois Fongecif (Alsace, Bretagne, Île-de- France) s’étaient d’ailleurs déjà associés pour tester un système informatique partagé. Une première pierre d’un édifice destiné à se renforcer, puisque la création d’un système de gestion commun à tous les Fongecif fait partie des cinq grands chantiers nationaux sur lesquels les partenaires sociaux réunis au sein du CPNFP ont apposé leur tampon en novembre. “Outil informatique commun, logo commun, norme commune… de quoi créer une colonne vertébrale forte pour les Fongecif ”, a résumé Michel Fortin, le vice-président (FO) du FPSPP. Mais à en croire certaines réactions en marge du colloque, l’idée d’un pilotage national − perçu comme “jacobin” − semble loin de faire l’unanimité auprès des acteurs régionaux, particulièrement en cette période où le mot “décentralisation” est sur toutes les lèvres... “Pour être efficace, le réseau des Fongecif doit avancer uni. Il ne s’agit pas que les Régions le récupèrent et le broient”, notait Michel Fortin.
Et si le vice-président du Fonds paritaire ne souhaite pas davantage voir les Fongecif devenir les “guichets uniques” d’accueil des publics à l’échelle régionale du fait du surcoût financier que cela pourrait entraîner, il n’en reconnaît pas moins la nécessité de “s’enrichir” des savoir-faire des autres acteurs présents sur les territoires. Un avis que ne partage d’ailleurs pas le président (Medef ) du FPSPP, Francis Da Costa. Pour ce dernier, “les Fongecif peuvent se voir missionnés pour assurer cette fonction de guichet unique à condition que les moyens suffisants leurs soient alloués”. Mais de tempérer cependant : “Dans cette éventualité reste à savoir ce que deviendraient les CIO, les Missions locales et toutes les institutions existant par ailleurs.”

La prééminence du “politique” sur le “technique”

Mais une telle “structuration” (ou “fédération”, la question sémantique n’est pas close) du réseau des Fongecif ne peut faire l’économie du retour de la prééminence des administrateurs “politiques” sur les dirigeants “techniques”, les seconds étant régulièrement soupçonnés de prendre le pas sur les premiers. “Depuis 2011, le FPSPP a fait le choix de déconnecter les trésoriers des Fongecif de leurs directeurs. Malheureusement, les indicateurs fournis par la DGEFP représentent parfois un tel niveau de complexité que les administrateurs issus des syndicats ou du patronat étaient parfois tentés de donner les clés à leurs directeurs. Une meilleure gestion des dispositifs permettra de sécuriser les processus”. Et si le nom de Thierry Ansaldo – l’ancien directeur du Fongecif Aquitaine condamné pour détournement de fonds – ne fut pas expressément cité, le vice-président du FPSPP a bien volontiers reconnu qu’une connaissance plus fine des mécanismes de fonctionnement des Fongecif par les partenaires sociaux était de nature à éviter certains abus.

Trente ans après leur fondation, l’idée d’une nouvelle structuration pour les Fongecif ne fait encore pas l’unanimité parmi les acteurs territoriaux. Reste qu’avec l’individualisation et la régionalisation des droits à la formation qui vont croissantes, le réseau conserve toutes les chances de se retrouver en première ligne des problématiques de promotion sociale. Et peut-être pour les trente années à venir.

LES CINQ “CHANTIERS NATIONAUX” POUR LES FONGECIF
- Chantier n° 1 : “Gestion des dispositifs”
- Point de situation sur les modalités d’application des règles de prise en charge.
- Analyse sur la base d’un questionnaire à l’ensemble du réseau. Ce chantier fera l’objet d’un passage devant la commission Cif du FPSPP les 3 juin et 17 octobre 2014.
- Chantier n° 2 : “Gestion de la structure Fongecif”
- Travail sur les indicateurs DGEFP et sur les Com.
- Élaboration d’un document de sécurisation des processus.
- Établissement d’une liste d’indicateurs communs aux systèmes d’information avec définition commune. Ce chantier fera l’objet d’un passage devant la commission Cif du FPSPP le 17 octobre.
- Chantier n° 3 : “Offre de services”
- Travail sur un socle commun d’offre de services.
- Évaluation de l’offre de service grâce à la mise en place d’un questionnaire d’appréciation.
- Mise en veille sur le contexte “conseil en évolution professionnelle” de l’Ani du 11 janvier 2013. Ce chantier fera l’objet d’un passage devant la commission Cif du FPSPP les 3 mai et 17 octobre prochains.
- Chantier n° 4 : “Valorisation de l’action des Fongecif” – Élaboration d’un kit de communication (signature événementielle pour les 30 ans, site web, plaquette Fongecif.org”, plaquette promotionnelle. – Articulation de l’enquête post-Cif et OTD. Ce chantier fera l’objet d’un passage devant la commission Cif du FPSPP les 23 janvier et 17 octobre prochains.
- Chantier n° 5 : “Partenariat et relations avec les prestataires” – Analyse de l’offre de formation (coût et qualité). Ce chantier fera l’objet d’un passage devant la commission Cif du FPSPP les 3 avril et 17 octobre 2014.

par Benjamin d’Alguerre, Centre Inffo, 2013

[1] Lequel a repris les attributions de l’ex-Copacif en matière de gestion du Cif

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement